Yeek – Valencia

L’artiste philippino-américain Yeek sort son premier album : Valencia. À mi-chemin entre électro et R’n’B ce projet révèle les influences de l’artiste, qui sont diverses et variées. De Tyler the Creator à Frank Ocean, l’univers de Yeek séduit et ne laisse pas indifférent.

Également disponible sur toutes les plateformes.

La sortie de Valencia est accompagnée d’un court métrage, réalisé par Yeek lui-même. Dans ce dernier, nous suivons un petit garçon qui vit dans une maison entièrement régie par une technologie dernier cri. Matérialisée par un objet lumineux, cette technologie contrôle tous les faits et gestes de l’enfant qui ne peux, ni manger ce qu’il désire, ni dessiner, ni jouer. Afin d’échapper à cette force qui décide tout pour lui, le garçon décide de l’attaquer.

“Always overthinking”

Inspiré par la culture skate, la mode, le basket, les jeux-vidéos et le cinéma, Yeek nous parle de son entourage, de ses doutes et de ses souvenirs d’enfant. Avec une volonté de ne s’entourer que de ses proches, les featurings présents sur l’album sont réalisés uniquement avec des personnes faisant partie de son cercle rapproché. On note le merveilleux This Time, en collaboration avec son pote de toujours : Rolls Rome. On se laisse embarquer par ce morceau dans un monde tout doux. À la cadence d’une déclaration d’amour croisée avec une volonté d’assurer son futur. À la suite de ce titre, Watch me témoigne de la maîtrise des synthés dans cette instrumentale qui mêle jazz et électro.

L’album s’achève sur un morceau clairement R’n’B qui témoigne bien de la nouvelle identité de l’artiste. Ce projet nous dévoile la nouvelle plume de Yeek et son style maintenant bien à lui. Grâce à des paroles renvoyant à l’enfance, l’artiste dévoile sa sensibilité et ses sentiments. Avec un magique 300 Miles qui nous fera danser jusqu’au bout de la nuit et un plus délicat Lumbago, Yeek nous montre aussi sa capacité à mélanger les genres et à rester cohérent tout le long de l’album.

Retrouvez Yeek sur les internets :

Tendrement,
Valentine de Cormis, 
Le Beau Bug

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    3 × trois =