UNNO – Amaai

© Alex Pixelle

Le 7 novembre dernier est sorti Amaai, le deuxième album de Unno, chez Nowadays Records. Après deux EP, As We Land (2016) et Silence (2017), les dunkerquois enchainent et continuent de nous envoûter avec ces 15 morceaux d’une puissance sans précédent.

L’album commence avec Comets, un premier morceau qui annonce la couleur de cet opus. Une couleur grise qui finit par faire apparaitre un arc-en-ciel hors normes. Sans nul doute le morceau le plus propice pour bien commencer une journée. Les percussions omniprésentes et les voix ne font qu’un, nous nous laissons voguer au fil des notes. Le milieu du morceau fait apparaitre une mélodie qui nous rappelle les premières notes de Magnolias For Ever de Claude François, le morceau change de couleur et fait apparaitre un grand sourire sur nos visages.

Le troisième morceau, Make It Many, s’inscrit dans un style plus froid et sombre dû à des sons très hypnotisants et des percussions très imposantes. On pourrait s’imaginer une révolte, une fugue ou encore une dispute. Une fois de plus, deux parties se distinguent, la deuxième après une belle cassure qui met en valeur la sublime voix du chanteur qui nous emmène dans des aigües mélancoliques.

Drink That Butter, le sixième morceau, est indescriptible. Un vrai coup de poing qui donne une nouvelle dimension à cet album. Le low-beat d’UNNO frappe très fort et à fin du morceau, la seule issue et de le remettre pour le savourer un peu plus une deuxième fois.

Le célèbre Thousand Islands prend la suite et continue le travail des morceaux précédents, on se laisse porter par la voix aussi douce qu’imposante du chanteur. Un peu plus de 3 minutes pour voguer entre calme et volupté.

Doesn’t Have To Be Dark, le dixième morceau est une ode mélancolique aux notes tendres et nostalgiques. C’est sans surprise que cette voix ne cesse de nous ensorceler au fil des secondes laissant une fin ouverte à notre imagination.

L’avant dernier morceau de cet album est intitulé Lyre. L’instru est sombre et très spéciale, il s’agit ici d’un morceau qui ressemble aux précédents tout en étant musicalement très détaché. Mais tout s’explique. Sur Facebook, le trio a voulu expliquer sa signification, et voici ce qu’il en est :

“Ce morceau a été inspiré par une amie qui disait vouloir se fermer à ce qui se passait dans le monde. Elle ne voulait entendre que les bonnes nouvelles, qu’elles soient vraies ou fausses. Même si elle parait extrême, beaucoup d’entre nous vivons comme ça, sans nous en rendre compte, et c’est très bizarre à observer.”

Amaai se termine sur un morceau optimiste aux allures de morale. La douceur des instruments mêlée à cette voix angélique inscrit The Last to Know comme étant l’un des morceaux piliers de cet album. UNNO finit en beauté en nous donnant envie de garder espoir.

En plus d’un voyage musical auditif, le groupe nous fait voyager à travers des clips qui nous transportent en terres inconnues. Leur univers bien qu’infiniment varié se définit en un seul voyage, celui d’Aamai :

Si vous voulez avoir un aperçu de leur prestation en live, le label Nowadays Records a pensé à vous :

Le trio UNNO (The UNexpected NOte) est composé d’Awir Leon, J.Kid et Tismé, issus du collectif dunkerquois JAYFLY. Depuis 2011, ils s’aventurent à concocter des morceaux musicalement variés, mettant en avant les percussions mais aussi les différents instruments électroniques de leurs univers respectifs. Entre indie rock, hip-hop, soul electro, UNNO en offre pour tous les goûts, à vous de les découvrir !

Retrouvez UNNO sur les internets :
Facebook
Instagram
Twitter
Soundcloud
Deezer

Tendrement,
Louise Dornier
Le Beau Bug

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

neuf − quatre =