Triple 9 de John Hillcoat

Comme pour son fameux film The Road, John Hillcoat s’est attaqué avec son nouveau film Triple 9, à un genre classique pour en faire quelque chose d’original et d’inédit. Ici, il s’attaque au genre policier, un genre éculé que le réalisateur tente de rafraichir.

Synopsis : Ex-agent des Forces Spéciales, Michael Atwood et son équipe de flics corrompus attaquent une banque en plein jour. Alors qu’il enquête sur ce hold-up spectaculaire, l’inspecteur Jeffrey Allen ignore encore que son propre neveu Chris, policier intègre, est désormais le coéquipier de l’un des malfrats. À la tête de la mafia russo-israélienne, la redoutable Irina Vlaslov ordonne à l’équipe d’effectuer un dernier braquage extrêmement risqué. Michael ne voit qu’une seule issue : détourner l’attention de l’ensemble des forces de police en déclenchant un code “999” – signifiant “Un policier est à terre”. Mais rien ne se passe comme prévu…

3057168-poster-p-1-john-hillcoat-on-assembling-an-epic-cast-for-his-first-movie-set-in-the-here-and-now

Le scénario, multipliant les points de vue et évitant les ellipses de temps, permet à l’intrigue d’aller droit au but, et amène un rythme soutenu et maîtrisé. Les dialogues sont écrits de sorte à ce que les ellipses ne posent pas de problèmes à la compréhension des relations et enjeux moraux des personnages. Le film s’intéresse aussi aux répercussions de ce style de vie qui impacte tout le monde pour que chacun paie le prix des décisions des autres d’une manière ou d’une autre.

Le réalisateur a aussi parfaitement réussi à esthétiser la violence, avec une omniprésence du rouge et des jeux de lumières, le tout accentué par une bande originale prenante. La tension du milieu des cartels est palpable tout au long du film, le rythme ne ralentit jamais, le scénario nous menant toujours d’une réflexion à une action sans temps mort.

294527

John Hillcoat s’est entouré d’un casting détonnant, bien que certains personnages soient peu exploités de par leur nombre important. Le spectateur en a tout de même pour son compte, notamment avec la prestation d’Aaron Paul, que les fans de Breaking Bad seront certainement ravis de retrouver dans son rôle de junkie. Au départ perçu comme le boulet de la bande de braqueurs, l’ancien flic tiendra un rôle clé dans la suite des événements.

o30qf4-b88646521z.120160223125928000gs9evv74.10

Également Casey Affleck dans le rôle du policier des beaux quartiers peu habitué à traiter avec des membres de gang. Il incarne un personnage plutôt classique mais essentiel pour apporter un œil neuf à ce milieu sombre. Woody Harrelson tient le rôle un peu cliché du flic à l’humour grinçant et accro à la bouteille. Chiwetel Ejiofor et Anthony Mackie sont respectivement un ancien membre des forces spéciales et un policier en action. De prime abord, les deux personnages ne se ressemblent pas, mais éprouvent tous deux des sentiments similaires, tiraillés entre leur engagement envers la police et parallèlement, envers la mafia russe.

maxresdefault2

Kate Winslet est la chef de la mafia russe, qui tient les rennes des affaires de son mari. L’actrice nous offre une prestation particulière, dans un registre pour lequel elle nous a peu habitué. Enfin, Norman Reedus (vu dans The Walking Dead), n’a pas un rôle d’une grande importance mais apporte encore plus de cachet au casting.

Triple 9 est donc un très bon polar, tendu et bien mené. Le film tire son originalité de sa narration particulière et rythmée. John Hillcoat nous offre ainsi un récit haletant doté d’un casting intéressant.

Tendrement, Le Beau Bug

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq + sept =