Tkay Maizda – TKAY

Une jeune chanteuse et rappeuse australienne nommée Tkay Maizda a récemment fait sensation en dehors des frontières de l’Europe avec son premier album, TKAY. Sorti le 20 janvier dernier sur le continent, cette jeune chanteuse a un talent indéniable : un flow impressionnant qui oscille entre le rap, le hip-hop, la pop music, et une musique qui se rapproche parfois de celle de M.I.A, rien que ça !

Grâce à cet album, on plonge dans un univers acidulé d’une longueur de 14 titres. On commence par se laisser emporter dans un monde hip-hop avec le très réussi Always Been : instrumental minimal aux basses lourdes et saturées, qui laisse le flow de Tkay Maizda prendre le dessus sur tout le titre. On retrouve cet esprit sur le très beau Tennies, que l’on a pu entendre avant la sortie de l’album et qui fait furieusement penser à l’univers de M.I.A dès ses premières secondes : nombreuses répétitions de phrases courtes, basses et percussions pour rythmer et soutenir le rap de Tkay.

Elle mélange également de façon très habile la pop et le hip-hop dès Afterglow. Le premier couplet fait d’ailleurs penser aux flows de M.I.A et du rappeur sud-coréen G-Dragon dans le titre Temple, en collaboration avec le DJ Baauer. On découvre ses capacités de chant sur le refrain, et de manière plus flagrante dans le titre Carry On, en featuring avec le rappeur Killer Mike. Il en va de même pour le titre qui suit : Simulation. On ne saurait dire si son flow tient plus du chant ou du rap sur ce morceau tant elle jongle entre les deux styles !

Une merveille bien plus électro vient casser le rythme de l’album en son milieu : Monochrome. Encore une fois on retrouve ces basses lourdes et saturées, cependant bien plus adaptées aux clubs que le reste des titres de l’album, et un rap franc à la Missy Elliot qui nous prouve bien qu’elle a le sens du rythme dans la peau !

D’autres titres laissent presque place uniquement au chant : c’est le cas de Follow Me, titre bien plus doux que les autres, ainsi que du titre suivant, Castle In The Sky, ou plus loin sur l’album de House Of Cards, Supasonic, ou encore You Want. On revient sur du rap assez pop avec Drumsticks No Guns, et State Of Mind vient faire écho avec le flow de Monochrome et l’univers de Castle In The Sky. Quand on vous disait que son univers est riche, on ne vous mentait pas !

Le titre qui vient conclure l’album, At Least I Know, est une vraie synthèse de tout ce qu’on a pu entendre précédemment : instrumental qui relève de la pop et parfois de l’ambient, rap et chant qui s’entremêlent, tout est là.

En plus d’avoir un univers musical très abouti, son univers visuel n’en est pas moins riche : on vous laisse l’apprécier dans le clip de Simulation.

Le plus étonnant dans tout cela, c’est qu’elle disait dans une interview qu’elle ne connaissait la musique de M.I.A que très peu !

Tkay Maizda, de son vrai nom Takudzwa Victoria Rosa Maidza, est née au Zimbabwe et a grandi en Australie, pays où elle vit encore. Elle n’a que 20 ans, et a déjà un EP, plusieurs featurings et maintenant un album dans son passif musical. Sa carrière promet d’être longue !

Tkay Maizda sur les internets :
Site internet
Facebook
Twitter
Instagram

Tendrement,
Cloé Gruhier,
Le Beau Bug

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 − treize =