The Gleaners par Amateur Best

Derrière Amateur Best se cache Joe Flory, l’artiste qui avait composé, sous le pseudo Primary 1, l’excellent album Other People, en 2010. Il revient avec un second album intitulé The Gleaners, à paraître chez Brille Records/Pias (http://www.pias.com/fr/). Après sa collaboration avec The Shoes sur le single Feed The Ghost ou encore sa tournée européenne comme batteur pour Chilly Gonzales, Flory continu d’être cet artiste original et intriguant qui n’est jamais là où on l’attend.

Intégralement enregistré et produit à Londres, Joe Flory souhaitait garder un contrôle total sur le son de son œuvre, utilisant une large gamme d’instruments et d’équipements qu’il achetait et revendait, au grès des besoins relatifs à l’enregistrement des 10 titres qui le composent. Deux ans après la pop délicate et romantique de No Thrills, l’artiste se cherche toujours, au-delà de ces nombreux projets. Pour autant, il dispose d’une belle maîtrise de ses moyens techniques. Avec une approche plus électronique, The Gleaners développe une pop assez ambitieuse, qui s’émancipe des premières productions du britannique.

Des productions comme Leviathan ou They Know enveloppent de rythmes enjoués et solaires. D’autres titres comme Rely s’apparentent plus à de douces balades électroniques, qui planent au-dessus des nuages. Chilly Gonzales délivre quelques claviers pop sur 19, accompagnant la voix angélique de Joe Flory. L’instrumentation électronique n’est pas sans rappeler certaines œuvres de Metronomy. Il joue même la carte du futurisme avec Part Timer, une vision de l’avenir sonore de la pop plutôt bien maîtrisée.

En bref, Amateur Best parvient à concilier la mélancolie de sa voix et de ses textes avec l’euphorie de son électro-pop dynamique. The Gleaners dépasse les arrangements chillwave du premier opus pour s’orienter vers des sonorités pop résolument modernes.

Tendrement, Le Beau Bug.