The Blaze – Territory

Vous ne connaissez peut-être pas leur nom, mais vous connaissez déjà leurs titres. Après voir été révélés par leur morceau Territory, ils voient leur premier EP sortir de terre le 7 avril dernier, chez Animal 63. Leur EP est un succès tel qu’ils font partie des sept premières têtes d’affiches du Pitchfork Music Festival 2017 de Paris aux côtés de grands noms, tels que Run The Jewels ou Talaboman. Aujourd’hui, on vous présente The Blaze.

Territory, c’est une intro, et quatre titres coupés par un interlude. Il commence donc par une introduction d’un peu moins de deux minutes, empruntant à l’ambient, à la witch house, et à la pop dark et torturée d’Awolnation, pour un résultat psychédélique et qui plante le décor pour la suite de l’EP. On se laisse séduire ensuite par les quelques notes de piano jetées en intro de Territory, puis par cette voix venue d’ailleurs, trafiquée, se perdant en échos, rebondissant par la suite sur un rythme qui pourrait être une bonne base d’un morceau house ou techno. Et notre voyage se poursuit : Virile a des airs aux rythmes à la fois froids et joyeux du dernier album de Superpoze, et Juvenile nous ensorcelle par son unique phrase répétée en boucle. On vous laisse découvrir Sparks & Ashes par vous-même !

“Let me show you something, you are in my all hand wounds”

Est sorti récemment le clip de Territory. On vous laisse l’apprécier, et le redécouvrir si vous faites partie des 1,8 million de personnes a avoir vu la vidéo !

The Blaze est un groupe français formé de deux personnes, deux cousins, originaires d’Alger. S’affranchissant des genres musicaux, ils les redessinent en empruntant des sons caractéristiques de diverses influences, allant de l’electro à la techno pour le rythme et à la witch house pour les décorations auditives que l’on peut entendre clairement dans Juvenile. Le tout produit un résultat puissant, et une signature auditive qui fait qu’on les reconnaîtra désormais entre mille.

Retrouvez The Blaze sur les internets :
Facebook
Twitter
Instagram

Tendrement,
Cloé Gruhier,
Le Beau Bug.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

onze − dix =