Talaboman – The Night Land

Né avec le single Sideral en 2014, le projet Talaboman est de retour après presque trois ans avec The Night Land (R&S Records), un long format prodigieux, réfléchi, et délicieusement dark. John Talabot et Axel Boman sont donc revenus le 3 mars dernier avec huit titres, parfaits pour pimenter une soirée house.

Nous embarquons dès Midnattssol pour un voyage d’une heure. Et quel voyage ! Le titre d’introduction pourrait sans problème devenir la bande-son du passage à suspens d’un film d’horreur tant il est sombre, à la limite de procurer de l’angoisse chez l’auditeur. On passe ensuite à Safe Changes, esquisse house toute aussi dark et angoissante, tout en étant un peu plus dansante.

Les choses se complexifient avec Samsa, une des pièces maîtresses de ce long format : onze minutes de house pointue que l’on ne voit pas passer, et dont les basses fréquences en feront frissonner plus d’un ! Changement de dimension un peu plus tard avec le rythmé house Loser’s Hymn. Le fruit de véritables recherches sonores vient pimenter le rythme que l’on entend en arrière-plan : mélodie jouée au synthé, formée de notes qui pourraient apparaître dissonantes à première écoute. On vous laisse découvrir le reste de l’album par vous-même !

Et si vous êtes trop pressés pour attendre, on vous laisse regarder le clip de Safe Changes, drôle de parcours qui alterne entre conduite dans un paysage désertique et montagneux, et actions obscures dans un parking glauque.

Talaboman, c’est le projet commun de John Talabot et d’Axel Boman, deux producteurs de musique électronique underground, l’un évoluant plutôt dans un univers house presque industrielle, et l’autre tantôt dans une house pleine et groovy, tantôt dans des esquisses electro aux accents ambient. Ce beau mélange a donné un projet éclectique, capable d’osciller entre house qui ferait danser jusqu’au bout de la nuit, et morceaux plus contemplatifs, plus sombres.

Vous pouvez retrouver Talaboman sur les internets :
Facebook
– Soundcloud

Tendrement,
Cloé Gruhier,
Le Beau Bug

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

treize − neuf =