Steve Jobs de Danny Boyle

Steve Jobs est le nouveau biopic sur le célèbre co-fondateur de la marque à la pomme, réalisé par Danny Boyle.

Synopsis : Dans les coulisses, quelques instants avant le lancement de trois produits emblématiques ayant ponctué la carrière de Steve Jobs, du Macintosh en 1984 à l’iMac en 1998, le film nous entraîne dans les rouages de la révolution numérique pour dresser un portrait intime de l’homme de génie qui y a tenu une place centrale.
o-NEW-STEVE-JOBS-TRAILER-facebook
Steve Jobs avait déjà fait l’objet d’un biopic dans le film de Joshua Michael Stern en 2013. Le géant de l’innovation technologique semble passionner les réalisateurs puisque Danny Boyle a lui aussi décidé de s’intéresser à ce personnage, pour un film plutôt réussi et qui emporte le spectateur.
L’intérêt du film tient surtout dans le fait que ce n’est pas un biopic ordinaire. Ici, le réalisateur ne retrace pas l’histoire du personnage de sa plus tendre enfance à sa mort, mais aborde sa vie d’une manière originale. En effet, Danny Boyle s’est basé sur trois grosses innovations technologiques de la marque Apple et a articulé la vie de Steve Jobs autour. Ainsi, on retrouve le personnage en 1984, 1988 et 1998, avant chaque lancement de produit. Les séquences ne sont entrecoupées que de quelques flashbacks lorsque cela est nécessaire. Pour le reste, on apprend ce qu’il s’est passé durant le temps écoulé au cours des conversations, très riches, écrites par Aaron Sorkin. Le seul bémol que l’on peut trouver à cette réalisation, est qu’à la troisième date, le procédé commence à être redondant car les sujets abordés se renouvellent peu. Pour autant, cela crée un contraste intéressant entre les innovations technologiques et la stagnation personnelle de Jobs.
Steve-Jobs-1984
En effet, malgré l’avancée dans le temps et les progrès technologiques, Steve Jobs, formidablement incarné par Michael Fassbender, reste aussi têtu et fermé que son système d’exploitation. La réalisation appuie d’ailleurs cet aspect renfermé par des plans serrés et des scènes pour la plupart en intérieur, dans des couloirs serrés ou de petites pièces. Ce qui est intéressant aussi, c’est que le film montre les deux côtés du personnage. Celui connu du grand public, le gourou de la technologie, acclamé par la foule. Et celui de l’ombre, le perfectionniste jamais en retard mais aussi manipulateur, méprisant et borné. Une facette que l’on connait peu chez Steve Jobs, qui apparait dans ce film comme un loup solitaire, qui préfère se faire des ennemis que de se plier à quelques doléances.
Steve-Jobs1
Et ce sont les autres personnages qui en subissent les dommages collatéraux. A commencer par Joanna Hoffman, son assistante, incarnée par la belle Kate Winslet, et bien la seule à pouvoir le supporter tout au long de ces années. Mais aussi les deux ingénieurs Steve Wozniak et Andy Hertzfeld, incarnés respectivement par Seth Rogen et Michael Stuhlbarg, personnages récurrents lors des trois lancements, et qui interpellent Jobs sur des sujets récurrents. Ce sont aussi par eux que surviennent les plus grandes scènes de tensions, où toute l’aigreur de Jobs ressort et nous donne envie de lui coller un paire de baffes tant son arrogance est insupportable !

In this image released by Universal Pictures, Michael Fassbender, left, as Steve Jobs, and Seth Rogen as Steve Wozniak, appear in a scene from the film, "Steve Jobs." The movie releases in U.S. theaters on Friday, Oct. 9, 2015. (Francois Duhamel/Universal Pictures via AP)

Mais aussi et surtout, le personnage le plus important mais aussi le plus problématique dans la vie de Jobs : sa fille. Une fille qu’il refuse de reconnaitre dans un premier temps mais qu’il va avouer être une source d’inspiration. Un personnage que l’on voit grandir et qui est le seul à réussir à percer une faille dans l’épaisse carapace de l’entrepreneur. Bien que le film ne soit pas du tout tourné vers le sentimental, ce personnage apporte une dimension différente et intéressante au reste de l’histoire.

In this image released by Universal Pictures, Michael Fassbender, left, as Steve Jobs and Makenzie Moss as a young Lisa Jobs, appear in a scene from the film, "Steve Jobs." The movie releases in the U.S. on Friday, Oct. 9, 2015. (Francois Duhamel/Universal Pictures via AP)

Le film est donc un très beau biopic sur ce grand innovateur, aussi bien aimé que détesté, qu’était Steve Jobs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 − 7 =