Seul Sur Mars de Ridley Scott

Un an après nous avoir plongé au temps des pharaons avec Exodus, Ridley Scott nous fait aujourd’hui voyager dans l’espace avec Seul sur Mars. Il nous conte dans ce dernier film l’histoire de la survie d’un botaniste de la NASA sur la planète rouge, histoire adaptée du roman The Martian d’Andy Weir.

Synopsis : Lors d’une expédition sur Mars, l’astronaute Mark Watney est laissé pour mort par ses coéquipiers, une tempête les ayant obligés à décoller en urgence. Mais Mark a survécu et il est désormais seul, sans moyen de repartir, sur une planète hostile. Il va devoir faire appel à son intelligence et son ingéniosité pour tenter de survivre et trouver un moyen de contacter la Terre. A 225 millions de kilomètres, la NASA et des scientifiques du monde entier travaillent sans relâche pour le sauver, pendant que ses coéquipiers tentent d’organiser une mission pour le récupérer au péril de leurs vies.

Ridley Scott

Le réalisateur britannique qui s’était déjà largement illustré dans l’univers de la Science-Fiction avec Alien, le huitième passager ou Blade Runner, a cette fois-ci décidé de nous faire décoller, destination la planète Mars. Tout comme Alfonso Cuaron avec Gravity et Christopher Nolan avec Interstallar, Ridley Scott se frotte ici à l’épopée spatiale. Pour autant, c’est une vision beaucoup plus scientifique que nous donne à voir Seul sur Mars, contrairement à Interstellar qui s’apparente à une réflexion philosophique sur l’avenir de la planète. En effet, dans Seul sur Mars, il est question de survie en milieu hostile et de botanique poussée à l’extrême, le tout sur un fond humoristique, une nouveauté pour le genre scottien.

L’univers est stressant dès le début, sentiment renforcé durant tout le film par l’ambiance sonore. Mais les pointes d’humour et d’espoir, ainsi que le survol du sentiment de solitude, allègent savamment le tout. Seul sur Mars tient donc plus du divertissement que ses précédentes œuvres cinématographiques, bien plus anxiogènes.

Mars_seul


Ridley Scott
s’est également surpassé dans le visuel et donne à voir des images des plus saisissantes, sachant rendre avec réalisme les détails de cette planète, véritable fantasme de l’être humain. Le réalisateur nous propose une planète rouge aussi majestueuse qu’inquiétante, à l’atmosphère dangereuse et envoûtante. Le film nous offre de magnifiques plans où l’acteur principal se plait à contempler cette merveilleuse planète, qui va le mettre à rude épreuve.

Cet acteur principal qui n’est autre que le talentueux Matt Damon (déjà présent dans Interstellar), incarne ici un Robinson Crusoé des temps modernes. Son humour et son audace nous inspirent une belle sympathie et on tombe en admiration devant ses expériences pour survivre. Car malgré sa formidable envie de découverte, le botaniste de formation est bien contraint de lutter et de faire travailler son inventivité pour survivre dans ce milieu hostile dont il est prisonnier. Matt Damon est également « entouré » d’une pléiade de seconds rôles, dont notamment Jessica Chastain (également dans Interstellar), Kate Mara ou encore Sean Bean.

maxresdefault


Seul sur Mars
est donc le récit d’une fabuleuse épopée sur la planète rouge, ponctué de stress mais aussi d’humour. Le film se présente comme un intelligent film de divertissement, mêlant décors époustouflants et beauté du génie humain.

Tendrement, Le Beau Bug.