Sept Psychopathes de Martin McDonagh

Un scénariste en manque d’inspiration se retrouve mêlé malgré lui à un plan d’enlèvement de chiens orchestré par deux de ses amis. Mais l’affaire tourne mal lorsque le fidèle compagnon à quatre pattes d’un gangster disparaît. C’est bien comme cela que commence Seven Psychopaths, c’est juste un film qui raconte une histoire complètement barge..

On y retrouve un casting de psychopathe, avec la ravissante Olga Kurylenko ex James Bond girl, Colin Farrell dans le rôle de Marty le scénariste mal inspiré, Christopher Walken dans le rôle de Hans le non violent aussi charismatique que dans The King of New YorkWoody Harrelson fidèle à ses rôles de dégénérés émotifs. Sans oublier un Sam Rockwell au sommet de son art dans le rôle de Billy l’ami dérangeant ou sans compter sur un Tom Waits qui ne vous chantera pas que du blues en sérial killer retraité. Bref, un cocktail détonnant dirigé par le réalisateur de Bons Baisers de Bruges Martin McDonagh.

Ce polar déviant est surtout l’occasion pour ces acteurs de faire leur numéro de cinglé notoire. Poétiquo/provo/rigolo, le film slalome entre l’humour noir carabiné et les apartés mélancoliques dignes du premier long métrage de ce réalisateur.

Fidèle à son esprit décalé, McDonagh a laissé ses acteurs s’exprimer librement, au risque de choquer les esprits. Le film a en effet été classé R (interdit aux mineurs de moins de 17 ans non accompagnés) par la Motion Picture Association of America, en raison des écarts de langage dont font preuve les personnages ! A ce sujet, le film a d’ailleurs bénéficié de deux trailers, l’un tout public, et le second, plus osé, où l’on peut entendre un florilège d’injures en tous genres !

Les dialogues ciselés du film sont particulièrement riches et hilarants et l’approche du film dans un film est assez réussie et ne dérange pas le spectateur.

La rencontre de ces personnages singuliers peut faire penser aux films de Tarantino ou Guy Ritchie dans le registre de la comédie décalée.

La musique est elle aussi au rendez-vous avec des titres tels que le magnifique P.P.ArnoldThe first cut is the deepest

Vous l’aurez compris si les films remplis de barges en tous genres c’est votre came ne passer pas à côté de celui-ci il va vous ravir, c’est exactement le genre de film qui permet une bonne fin de soirée entre potes. Film dans lequel les femmes ne tardent pas à succomber pour laisser place aux mâles armés prêt à en découdre à coup de flingues et autres répliques cinglantes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × un =