Rito de Primavera par José Vidal

Rito de Primavera est une pièce franco-chilienne chorégraphiée par José Vidal qui a été représentée cet été au festival La Belle Friche de Marseille. Cette performance regroupait 40 danseurs, filles et garçons, jeunes corps musclés qui se sont mués, entrechoqués, mélangés sur scène aux rythmes d’un orchestre bien connu…

Rito de Primavera signifie « Sacre du Printemps » et revisite la pièce de Vaslav Nijinski crée plus d’un siècle en arrière. La musique originelle d’Igor Stravinsly a elle aussi été remixée par Jim Haste. Quand il met en scène ce mythe, José Vidal s’inscrit dans la lignée de Maurice Béjard, Pina Bausch, Angelin Preljocaj ou encore Martha Graham… Lors de sa première représentation en 1913 le ballet avait fait scandale. Le sacre du printemps, c’est le rituel païen, le sacrifice d’une jeune fille pour célébrer l’arrivée du printemps.  Mais aujourd’hui, la tragédie a laissé place à l’érotisme.

photographie par Fabian Cambero

photographie par Fabian Cambero

TRAILER RITO DE PRIMAVERA from LA HORA MEDIA on Vimeo.

Pour José Vidal, le Sacre du Printemps est avant tout une histoire de renouvellement. Le printemps, c’est la régénération de la nature, l’arrivée des bourgeons, la saison des amours. Ici, il veut célébrer la danse, la vie, l’identité sexuelle. Il veut réveiller la sensualité, l’érotisme des corps. Le rythme orchestre les gestes des danseurs. Le tableau est un peu celui d’une bacchanale. Cette place de tous les désirs, ce lieu de tous les plaisirs. Le rite se trouve dans ces rondes, dans ces stupeurs groupées, cette énergie tribale. Idyllique ou cauchemardesque, l’ambiance était celle d’une fête. Car à la fin du ballet, les spectateurs ont participé à la danse…

photographie par Fabian Cambero

photographie par Fabian Cambero

photographie par Fabian Cambero

Tendrement,
Clémentine Picoulet,
Le Beau Bug

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    1 + dix-neuf =