Rilès – WELCOME TO THE JUNGLE

© Victor Laborde

Entre influences américaines et origines algériennes, Rilès crée depuis plus de trois ans des morceaux toujours plus sensationnels les uns que les autres. Musicalement né d’Internet, le jeune rappeur de 23 ans s’est fait connaître grâce à ses fameux Rilèssundayz, un challenge d’écrire, produire, mixer et enregistrer une chanson par semaine pendant un an. Sur les 52 sorties, Thank God et Brothers auront été ses plus gros succès. Le 3 août dernier, son premier album a vu le jour sous le nom de WELCOME TO THE JUNGLE, une approche de son premier grand pas dans l’industrie musicale internationale, qui plus est signé chez Republic Records aux USA, le label de Drake, Amy Winehouse ou encore Lil Wayne. Cet album est composé de 16 titres propres à son univers, nous réservant de belles surprises.

Tout commence avec ADMIRATION, un premier morceau qui nous fait immédiatement rentrer dans le vif du sujet. Rilès vit un rêve éveillé, toute sa vie admiratif des plus grands et aujourd’hui prêt à poser son empreinte sur la scène internationale auprès d’eux. Ces premières minutes font coexister le rappeur avec des voix gospel qui ensemble réchauffent les coeurs et annoncent un beau spectacle, nous rappelant l’incroyable show de Kanye West à Coachella cette année.

L’album prend une toute autre teinte avec E A VERDADE, un morceau latino en portugais brésilien berçant nos corps et nos coeurs avec des instruments et une voix mélancoliques. Pendant cette quête de vérité, l’artiste en revient à ses racines, celles qui lui donnent du courage et lui rappellent qui il est.

Après cette douce parenthèse s’en suivent des morceaux toujours dans l’esprit Rilès, et particulièrement AGAINT THE CLOCK où l’on retrouve cette voix travaillée et ces échos monumentaux qui nous avaient tant plu dans BROTHERS. L’artiste lutte contre le temps, essayant de l’arrêter, l’empêchant de le rattraper.

Au début de l’année, nous avons découvert avec grande surprise MAJIJUANA, révélée avec un clip ayant pour personnages principaux Rilès lui-même et l’incontournable Snoop Dogg. Le morceau au titre très explicite nous fait entrer dans les hallucinations sous substances du chanteur, qui semble avoir trouvé un confrère expérimenté…

Toujours dans l’appréhension de ce nouveau terrain de jeux dans lequel le rappeur écrit son nom, MYSELF AND THE SEA témoigne une nouvelle fois de ce changement de vie. Le clip, qu’il a co-réalisé avec Jeremie Levypon, nous conte son histoire. Plongeant dans l’océan, c’est en sortant la tête de l’eau qu’il se retrouve en soirée dans la piscine d’une pool party arrosée où il essaye de retrouver son chemin.

Le rythme et le beat ralentissent pour faire éclore cette rose qui dit I LOVE YOU. Rilès se livre et nous parle d’amour, de regrets, de prises de conscience. Est-il fait pour l’amour ? L’amour l’a-t-il trop fait souffrir ? L’amour pour la musique ? L’amour pour la scène ? Les paroles sont riches de sens et se baladent sur une production enivrante et nostalgique.

À la lecture de chacun des titres de l’album, la suite logique mène à UTOPIA et RUN! qui clotûrent chaleureusement la chute de Rilès dans cet univers représentant à la fois le paradis et l’enfer.

All around I see the crowd
But I’ve never been so alone

UTOPIA résonne comme une conclusion, le jeune rouennais ne s’est jamais senti aussi seul que depuis qu’il a percé dans la musique. De surprises en désillusions, c’est là toute la recherche de cette album et du futur qui l’attend. Les chants de choeurs avec lui traduiraient-ils ses expériences et ses forces qui l’aident à affronter cette nouvelle carrière ?

Rilès choisit de courir, de foncer. RUN! est comme une faille de réflexion dans laquelle l’artiste suit son instinct, vers la quête de son destin. Il chante des remerciements, des adieux, faisant un bilan de ces ressentis et ses attentes en prenant son courage à deux mains.

Chanceux sont celles et ceux qui ont pu le voir en festival cet été mais sa tournée des zéniths ne fait que commencer !

Retrouvez Rilès sur les internets:
Facebook
Instagram
Twitter
Youtube

Tendrement,
Louise Dornier
Le Beau Bug

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq × deux =