Retour aux sources avec l’album de Metronomy

Après leur succès English Riviera, Metronomy ne cesse sortir de nouveaux projets et revient cette fois-ci avec leur septième et nouvel album : Small World. Le groupe britannique change de registre et met en avant une pop plus calme, aux sonorités épurées pour s’accorder avec le thème principal abordé : le retour à la nature. Une fois de plus, les effets de la pandémie et la prise de conscience du danger climatique sont retranscrits en musique et ont été la source d’inspiration pour des artistes.

Le projet composé de neuf titres vise à réapprécier la nature, se tourner vers nos racines et réévaluer l’importance que l’on accorde aux choses qui nous environnent.

Avec un piano doux, Life and Death ouvre l’album tranquillement sur un rythme décontracté. S’en suit le titre Things will be fine qui rajoute un peu de dynamique en ce début d’album. Si l’on peut remarquer quelque chose dès le début c’est bel et bien l’importance de l’instru. Malgré les 39 petites minutes du projet, le chanteur du groupe, Joe Mount, s’autorise de longues parties instrumentales au dépend de longues paroles.

Credits : Hazel Gaskin

Le confinement n’a pas seulement été une prise de conscience sociétale mais a été également marqué un retour aux sources familiales. Avec des synthés qui nous ramènent dans les années 90, It’s good to be back est le titre le plus dansant de l’album.
Une fois composé, Joe Mount s’est rendu compte que ce titre caché une autre signification : le retour des concerts.

« Mais en fait je l’ai composée en pensant à la joie d’être de retour à la maison, j’ai réalisé ensuite qu’il y aurait cette idée de retour des tournées »

Credits : Hazel Gaskin

I have seen enough, clôt l’album sur la même ambiance qu’il a commencé : de manière décontractée avec une grande partie instrumentale. La voix grave et rassurante du chanteur nous apaise une dernière fois.

Pour conclure, cet album est une véritable balade bucolique : tranquille, calme et légèrement ensoleillé.

Retrouvez Metronomy sur les internets :
Instagram
Facebook
Spotify

Tendrement,
Solène DIDELLE
Le Beau Bug

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

5 − un =