L’interview de RALF KOLLMANN

This summer we had the chance to meet Ralf Kollmann, from Mobilee Records for the rooftop Mobilee party in hotel Silken Diagonal in Barcelona.

Ralf Kollman & Rodriguez Jr. @ Mobilee Silken Diagonal, June 2015

Ralf Kollman & Rodriguez Jr. @ Mobilee Silken Diagonal, June 2015

This label organizes parties around the world, often outdoor, always with a high quality music and impeccable organization. To play, the label have the greatests artists: Rodriguez Jr., AND.ID, Ray Okpara, Sascha Braemer, Miss Kittin, Maya Jane Coles, Tapesh, Sebo K to name a few, and of course Anja Schneider, co-founder of the label.

Ralf, how did you start as a DJ?

I started more than 20 years ago, when i discovered electronic music, i come from a small town between frankfort and cologne, i was a skatboarder, and i was like 17 and i discovered techno music; it was very new, like something very special and i just started to go out, i was a raver! I went to clubs, to parties. And i really liked what was happening with this new thing, this new world. It was like a complete new universe, with an especial style, designs and visuals. And we all thought: that’s the new thing, with people very open minded. This is music, for me, until now: like a very progressive, open minded and futuristic state of mind!

So I was inspired by this music, i wanted to go deeper so bought my turntables ans started to go to the record shop. Then I started my records collection, step by step, and in the first 2 years, I had those Ikea plastic boxes, i was very proud to reach the moment when it was full! Then I started as a DJ, but at home! So it was just for fun and as a hobby for a long time.

And how did you started to play at parties?

It was my own parties! Nobody would ever booked me, so the only chance to play the music !

So you were a student at this time?

That was the plan, but I made like a shortcut and started to work in advertising. Ten years later I left Cologne to Berlin, in 2001. And after 10 years, it as the big hype of the electronic with very commercial style  and i didn’t recognize any more what was happening so I take a little break.  But in Berlin there was something new, a new movement of electronic music, driven notably by artists like Ricardo Villalobos or Luciano: the Minimal. That was a thing I really enjoyed, not only the music, but the feeling, the vibes, the people… then it enlightened me and I came back to clubs, to buy records again…

How did the idea for Mobilee come to be?

At the same time I met Anja Schneider and we started parties together, just for fun, once a month. And step by step we realized that we were a good team, and at one point we had this idea to start a label together. It was more like side projects, and at one point, suddenly, it became so successful that we decided to quit our jobs! It was a big chance, to take this on! And 10 years later, Mobilee is a small company with five people full time, producing music, bookant many artists and organizing parties, like Mobilee Rooftop at the hotel Silken Diagonal Barcelona here!

What is the most important for you, the label or your DJ carrer?

I really like to play but I more the creative, the visionary guy behind Mobilee

And you don’t release your own tracks, why?

Of course I like to go in studio with friends, try some things, but in my label, the standard is really high! And it take years to reach this level. And you need talent! To be able to compete with the top of electronic producers or musician, you really need to have something special.

How do you choose the artists of the label?

Thats very difficult. Mobilee is a crew of people, it’s more about the personnalities…

Is Mobilee like a family?

Family is for ever, and if you speak like family with mobilee so Anja and I we are like mummy and daddy and they are the kids, and that’s not what we want! We are like a soccer team, with the coach, the president, and players on the field! And sometimes players change! And each one has specific skills

That’s why Mobilee doesn’t have a sound signature, like Minus for example?

Exactly, we have like a rave and party background, Anja and I, so with all the music styles we experienced from breakbeat, to trance, to minimal…but still keeping a very high quality standard

That’s why your gigs are so eclectics?

Yes, there are very different, it depends on the mood, and also on the moment! I listen many styles of music, I listen the radio.

For you what is a really good gig?

You need a really good soundsystem of course.  the perfect gig depends of everyone involved: from the doorman to people at the bar, everyone smiling, this like trickling down to everybody in the room. if everybody feel confortable, there is a chance to have a really perfect party.

This is what you want each time you organize a party, to have the perfect one?

Of course! and you have to check everything! And we had many this year!

That was the ten years of the label, how do you see the next ten years?

First, I really want to go on for the next ten years! For the moment, i really try to share my experience in many conferences, such as IMS in Ibiza, in Singapore, Shanghai, to meet other professionals of the music industry. It’s the first time since dance music stated almost 20 year ago, that we are gathering in a global scale, about our issues, what’s going well and wrong. One of the main issues I see now is that our artists gets played everywhere, in clubs, in internet and don’t get any cent. The next step is to make sure that the rights holders get something each time they get played in every club, or on youtube. It’s a very complex topic:  club and festivals generate a lot of money and all the money is going on one only pot. And only the artists the most played in the radio get something from this money. This system has been created in the 60’s, and needs to be changed! Why an artist get nothing being played in a club? So we have to start a global movement, to make people aware about this problem and talk on one voice. For that, I’m a member the “Association for Electronic Music” which brings together diverse personalities of the electronic music industry with the objective of improving industry practices so that the wealth it produces are better shared among the actors, especially the artists. This association proposes a global change, more suited to today’s technologies, including pieces of recognition tools in clubs and for streaming platforms. And finally of course I want to consolidate and continuously improve the label!

Finally, Ralf Kollmann made for us two tracklists, one with his top 5 classics and one with his actual top 5:

Ralf Kollmann top 5 classics

Jean-Michel Jarre – Oxygen pt. 6
Mike Oldfiels – Tubular Bells
Kraftwerk – Trans Europa Express
Alan Parsons Project – A Dream Within A Dream
Ennio Morricone – Chi Mai
Ralf Kollmann actual top 5
 Anja Schneider – Circle Culture
Ray Okpara – Rao Del Rani (Kenny Larkin Odyssey Mix)
Burnski – Redefine feat. Beckford
Rodriguez Jr. – Chrysalism
L.B. Dub Corp – So much
Upcoming Mobilee parties:
 – 24 oct 2015: Mobilee @ Fus, Brussels
– 30 oct 2015: Mobilee@The Legendary Park Placa, Los Angeles

News | mobilee records

Upcoming Dates | mobilee records

https://soundcloud.com/mobilee-records

mobilee-records.de/ralf-kollmann

facebook.com/ralfkollmann

residentadvisor.net/dj/ralfkollmann

https://twitter.com/ralfkollmann

youtube.com/mobileerecords

soundcloud.com/mobilee-records

Cet été nous avons eu la chance de rencontrer Ralf Kollmann, le co-fondateur du Label Mobilee, pour une de ses fameuses Mobilee rooftop party!

Ralf Kollman & Rodriguez Jr. @ Mobilee Silken Diagonal, June 2015

Ralf Kollman & Rodriguez Jr. @ Mobilee Silken Diagonal, June 2015

En effet, la spécialité de ce label est d’organiser des fêtes un peu partout dans le monde, en plein air, avec toujours une musique de grande qualité et une organisation irréprochable. Pour le son, le vivier du label a de quoi faire rêver: Rodriguez Jr., AND.ID, Ray Okpara, Sascha Braemer, Miss Kittin, Maya Jane Coles, Tapesh, Sebo K pour ne citer qu’eux, et bien sûr Anja Schneider, co-fondatrice du label.

Comment a démarré ta carrière de DJ?

J’ai commencé il y un peu plus  de 20 ans, j’avais environ 17 ans. Je vivais dans une petite ville d’Allemagne, entre Francfort et Cologne, je faisais du skate, et là j’ai découvert la techno ! C’était un peu comme un nouveau monde qui s’ouvrait, avec cette musique, ses codes, son imagerie… et les gens, qui  étaient dans ce mouvement, avec un état d’esprit très ouvert. D’ailleurs c’est toujours ça pour moi, la musique : ça se place dans une vision progressive des choses, ouverte aux nouvelles idées et futuriste !

Cette musique m’a vraiment inspiré, j’ai voulu aller plus loin, je me suis acheté des platines ai commencé à aller dans les magasins de disques. J’ai commencé ma collection de vinyles, petit à petit. Pendant les deux premières années, j’avais ces grandes boites en plastique Ikea, tu sais, et j’étais tellement content quand arrivait le moment où je finissais d’en remplir une ! Et c’est là que j’ai commencé à faire le DJ, mais à la maison ! C’était juste pour m’amuser, un hobby, et s’est resté  longtemps comme ça.

 Puis tu as commencé à jouer dans des fêtes ?

C’était des fêtes que j’organisais moi-même !  Personne ne m’aurait jamais booké, c’était ma seule chance de jouer !  

 Tu étais étudiant à ce moment-là ?

C’est ce qui était prévu, mais j’ai pris un raccourci et j’ai commencé à travailler dans la publicité.Dix ans après j’ai quitté Cologne pour Berlin, c’était en 2001. A ce moment-là, j’étais un peu lassé de la musique électronique, qui était devenue une musique très commerciale de masse. Mais  à Berlin, là je découvre une nouvelle mouvance de la musique électronique, portée notamment par des artistes comme Ricardo Villalobos ou encore Luciano: la Minimale. C’était génial, non seulement la musique, mais aussi le feeling, la vibe, les gens… Ça m’a donné de nouveau envie de retourner en clubs, dans les magasins de disques et de retrouver mes platines!

Comment est né le label Mobilee ?

C’était à la même époque, j’ai rencontré Anja Schneider avec qui on a commencé à jouer dans des fêtes ensemble. Petit à petit on a réalisé qu’on formait une bonne équipe et on a eu l’idée de monter ce label. On l’a fait, et le succès a été tel qu’on a laissé tomber rapidement nos carrières respectives pour s’y consacrer totalement. Et 10 ans plus tard Mobilee est une petite entreprise qui emploie 5 personnes à plein temps, faisant de la production, bookant plein d’artistes et organisant des fêtes comme ici pour  la Mobilee Rooftop à l’hotel Silken Diagonal Barcelona!

 

Qu’est ce qui compte le plus pour toi,  le label ou ta carrer de DJ ?

J’aime vraiment jouer mais je me sens plus comme le mec créatif, qui apporte une vision stratégique  à Mobilee !

Et j’ai remarqué que tu ne  faisais pas tes propres tracks, pourquoi ?

Bien sûr j’adore aller en studio avec mes amis, essayer deux trois trucs, mais dans mon label, la barre est vraiment haute en terme de qualité ! Et cela prend des années pour atteindre ce niveau. Et il faut du talent ! Pour pouvoir trouver sa place entre la crème  des producteurs ou des musiciens il faut vraiment avoir quelque chose spécial.

Comment choisissez-vous les artistes du label ?

C’est très compliqué, Mobilee est une équipe, avec différentes personnalités, ce qui est très important.

 Tu vois Mobilee comme une famille?

Une famille c’est pour toujours, et si on parle de famille, alors avec Anja nous serions le papa et la maman avec tous les enfants, et ce n’est pas du tout souhaitable! Non, je nous vois plutôt comme une équipe de foot, avec le coach, le président, et des joueurs sur le terrain ! Et parfois les joueurs sont remplacés ! Et surtout chacun à des compétences en particulier.

C’est pour ça que Mobilee n’a pas une signature sonore particulière, comme Minus par exemple?

Tout à fait ! Tu sais on a une grosse culture de teuf avec Anja, on est passé par plein de courants, comme le breakbeat, la trance et bien sûr la minimale. Mais on peut dire que la constante reste le niveau de qualité demandé.

C’est pour ça aussi que tes sets sont aussi éclectiques?

Oui, ils sont très différents, ça dépend de mon humeur, mais aussi du moment! J’écoute plein de styles de musique  tous les jours, et je me lève en écoutant la radio !

Pour toi, qu’est-ce qui fait qu’un set est très bon?

D’abord il faut bien sûr un très bon soundsystem. Le set parfait dépend de toutes les personnes impliquées : du portier au gens derrière le bar, tout le monde doit être souriant, ça se répand à toutes les personnes présentes dans la pièce. SI tout le monde se sent parfaitement bien, alors t’as une chance d’avoir la fête parfaite.

C’est ce que tu cherches à avoir à chaque fois, la fête parfaite ?

Bien sûr! Et je vérifie tout à chaque fois! ET on en a eu plusieurs cette année!

 Vous venez de fêter les 10 ans du label, comment vois-tu les 10 prochaines années?

D’abord je veux bien re signer pour les 10 années à venir ! Pour le moment, jessaie vraiment de partager mon expérience en participant à  beaucoup de conférences, telles que lIMS dans Ibiza, à Singapour, Shanghai, pour rencontrer dautres professionnels de lindustrie de la musique. C’est la première fois depuis que la musique de danse a commencé,  il y a presque 20 ans, qu’il y a un échange à une échelle globale, au sujet des problématiques que nous rencontrons, qu’elles soient positives ou négatives.. Un des problèmes majeurs que je vois maintenant est que nos artistes sont joués partout, dans les clubs, sur lInternet et n’en retirent rien, pas un cent. La prochaine étape est de sassurer que ceux qui ont les droits obtiennent quelque chose chaque fois quils sont joués, ce dans chaque club ou sur youtube. Cest un sujet très complexe : les clubs et les  festivals génèrent beaucoup d’argent et tout va dans la même poche. Et seuls les artistes les plus joués en radio obtiennent quelque chose de cet argent. Ce système a été créé pendant les années 60, et il doit être changé ! Pourquoi estce quun artiste n’obtient rien quand il est joué dans un club ? Ainsi nous devons initier un mouvement global, pour mettre au courant les gens de ce problème et pour parler d’une seule et même voix. Je suis également un membre de l’ “Association for Electronic Music”,  association pour la musique électronique,  qui rassemble des personnalités diverses de lindustrie de la musique électronique en vue daméliorer les pratiques de lindustrie et faire en sorte que les richesses quelle produit soit mieux réparties entre les différents acteurs, particulièrement les artistes. Cette association propose un changement global, davantage adapté aux technologies daujourdhui, y compris l’utilisation doutils de reconnaissance des morceaux dans des clubs et sur des platesformes. Et évidemment, je veux continuer à maintenir, consolider  et améliorer le label !

Pour finir, Ralf nous a concocté une petite sélection de morceaux, avec ses 5 tracks préférés et ses 5  favoris du moment:

Ralf Kollmann top 5 classics

Jean-Michel Jarre – Oxygen pt. 6
Mike Oldfiels – Tubular Bells
Kraftwerk – Trans Europa Express
Alan Parsons Project – A Dream Within A Dream
Ennio Morricone – Chi Mai
Ralf Kollmann actual top 5
 Anja Schneider – Circle Culture
Ray Okpara – Rao Del Rani (Kenny Larkin Odyssey Mix)
Burnski – Redefine feat. Beckford
Rodriguez Jr. – Chrysalism
L.B. Dub Corp – So much

Les prochaines soirées Mobilee:

 – le samedi 24 octobre: Mobilee @ Fus, Bruxelles
– le samedi 30 octobre : Mobilee@The Legendary Park Placa, Los Angeles

News | mobilee records

Upcoming Dates | mobilee records

https://soundcloud.com/mobilee-records

mobilee-records.de/ralf-kollmann

facebook.com/ralfkollmann

residentadvisor.net/dj/ralfkollmann

https://twitter.com/ralfkollmann

youtube.com/mobileerecords

soundcloud.com/mobilee-records

 

[/tabgroup]

Tendrement,
Milena Kodratoff,
Le Beau Bug