Patients de Grand Corps Malade

Mehdi Idir dans Patients

Ben est un jeune homme de 20 ans à l’avenir tout tracé. Ses études en STAPS et son don pour le basket lui ouvrent déjà les portes de l’échelon national. Malheureusement, lors de l’été 1997, survient un accident qui ne lui permettra plus de se projeter là où il se voyait pendant de si longues années. Il se réveillera dans un lit d’hôpital, déclaré comme tétraplégique incomplet, avant d’intégrer un centre de rééducation pour handicaps lourds.

Ce long métrage est en réalité une rétrospection de la vie du réalisateur, Grand Corps malade. Connu pour ses talents de poètes et de slameurs, Grand Corps Malade nous prouve ici, grace à l’aide de Mehdi Idir, qu’il n’a pas fini de nous surprendre.

Le long métrage traite du sujet délicat du handicap, peu abordé des réalisateurs et qui pourtant mérite que l’on y prête attention. Certes, le film met en avant la dure réalité du handicap ainsi que les contraintes qui y sont attachées mais le principal enjeu, pour le réalisateur, était de démontrer au grand public que les gens handicapés,et les personnes en fauteuils, ont tout d’une personne normale. Et le but est atteint. Ce film impose une immense remise en question quant à l’indulgence et l’ouverture d’esprit dont l’on doit faire preuve.

Plus qu’être un film sur le handicap et ses difficultés c’est aussi un come back dans les années 90 vécu par des jeunes tous plus différents les uns que les autres qui pourtant formeront au fil du temps une belle bande de potes, qui s’épauleront dans les durs moments et nous ferons également bien rire.

L’humour, on le retrouve via les dialogues, soigneusement et brillamment écrits par Grand Corps Malade. Les acteurs également à l’attitude très sympathique sont fortement attachants et réalistes. Leur jeu est tout aussi impressionnant dans la mesure où aucun d’eux n’est réellement handicapé.

Dans le rôle principal on rencontre Pablo Pauly qui épouse ici son premier, premier rôle, accompagné de Moussa Mansaly ainsi que de Nailia Harzoune qui avait été remarquée pour son second rôle dans le film Shéhérazade et le délice casher. Tous les personnages ont été écrits en clin d’œil aux personnes avec qui grand Corps Malade a vécu sa réeducation en centre.

Néanmoins, il a déclaré dans plusieurs interviews que l’objectif principal du long métrage n’est en rien de relater sa vie, mais uniquement d’ouvrir les yeux à ceux qui jugent que le handicap d’une personne est une barrière à la mixité. Ce film touchant nous démontre bien que le handicap ce n’est finalement qu’une “différence” surmontable.

Sortie : 1/03/2017
Durée : 1h 50 min
Pays : France
Réalisation : Grand Corps Malade, Mehdi Idir
Interprétation : Pablo Pauly, Soufiane Guerrab, Moussa Mansaly, Nailia Harzoune
Bande Annonce :

Tendrement,
Alexandra Givanovitch
Le Beau Bug 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept − 13 =