Paris est à nous d’Elizabeth Vogler

A mi-chemin  entre un film de Gaspar Noé et de Terrence Malick, ce nouveau film français entièrement financé par des cagnottes internet est sorti uniquement sur Netflix et non au cinéma. Il est d’un tout nouveau genre. Paris est à nous, est le récit d’un jeune couple parisien immortalisé au milieu de l’actualité de ces dernières années. 

Dans Paris est à nous, il est question du couple Anna/Greg qui s’est rencontré au cours d’un concert de musique électronique. Ils sont tous les deux très différents, l’un est carriériste et très pragmatique, l’autre est plutôt du genre rêveur, à se laisser porter mais angoisse beaucoup quant à l’avenir. La vie de ces deux personnages va se retrouver bousculée par le départ de Greg pour Barcelone. La vision du couple qui se désagrège est alors présentée au travers d’un Paris en effervescence, sur fond des attentats et va s’intensifier lorsque Anna rate son avion qui s’écrasera plus tard. Le thème de la mort évitée de justesse devient alors le troisième personnage de l’intrigue. 

Ce film est présenté comme une œuvre expérimentale qui s’inspire du style de beaucoup d’autres réalisateurs comme Terrence Malick. Filmés avec une petite caméra stabilisée, les plans sont souvent tournoyants ou très serrés, l’image est en permanence centrée sur les personnages, ce qui laisse peu de place à l’entourage et concentre l’attention sur Anna et Greg. L’idée était d’immortaliser ce Paris des attentats et des bouleversements sociaux comme les événements « Nuit Debout ». Elizabeth Vogler immortalise la plupart du temps la jeune Noémie Schmidt (vue dans la série Versailles) au milieu de déambulations rêveuses qui reflètent l’état d’esprit post-attentat de Paris. Le film a été financé grâce à la campagne participative Kickstarter, suite à une vidéo de Noémie Schmidt dans les rues de Paris qui a été postée sur Facebook. Le tournage s’étend ensuite de 2014 à 2017. 

La bande-son est signée Jean Charles Bastion et Laurent Garnier, dans un mélange de musique techno et orchestrale. Jean Charles Bastion qualifie lui même sa musique « de vrais thèmes musicaux et des morceaux moins ouvertement mélodiques, plus expérimentaux dans leur forme ». Quant à la photo elle est d’Elizabeth Vogler. 

Paris est à nous vaut le coup d’être vu ne serait-ce que pour sa forme expérimentale qui lui permet de sortir du lot tout en s’attaquant à des faits marquant du XXe siècle sans jamais quitter cette douceur initiale et cet univers onirique qui font de ce film un ovni cinématographique. En plus il est sur Netflix donc pas d’excuse. 

Titre alternatif :Paris is us
Sortie : 22 février 2019
Durée : 84 minutes
Format : couleur
Pays : France
Réalisation : Elizabeth Vogler
Interprétation : Noémie Schmidt, Grégoire Isvarine, Lou Castel, Marie Mottet
Production : 21 Juin Cinema, France Lab Agency, Les Idiots
Bande Annonce :

Tendrement,
Justine,
Le Beau Bug

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × trois =