Nicolas Jaar – NYMPHS III

Il y a une semaine, Nicolas Jaar mettait gratuitement en ligne la bande-originale qu’il a composé pour le film The Colour Of Pomegranates, un film avant-gardiste soviétique datant de 1969. Intitulé Pomegranates, cet album contient 20 titres déployant une électro expérimentale, chargé d’objets sonores décalés et d’effets nonchalants, pour un résultat atmosphérique, mais difficile d’approche. Aujourd’hui, c’est Nymphs III, nouvel Ep faisant suite à Nymphs II paru il y a un mois et demi, qui débarque sur Other People (https://other-people.net/). Le prolifique jeune homme d’à peine 25 ans dévoile peu à peu les titres composés à New-York entre 2011, année où paru Space Is Only Noise son premier album solo, et 2015, alors que la parenthèse Darkside est terminée et qu’il produit nombres d’artistes via son label.

Avec deux nouveaux titres, Jaar propose un contenu d’une quinzaine de minutes qui sera ravir ses adeptes. Il accouche d’un disque plein de reliefs, mêlant samples, textures analogiques et instruments acoustiques, pour un ensemble novateur.
Le disque débute sur Swim, une plage sonore de 13 minutes aux beats marqués, teintés par des claviers mélancoliques. Les deux premières minutes du morceau s’écoulent dans un marasme de défauts sonores, avant que plusieurs rythmiques n’enlacent l’auditeur, l’emportant vers des paysages sonores insensés. Nicolas Jaar délaisse les circonvolutions électroniques avec lesquelles il jonglait sur Nymphs II pour un ensemble moins abstrait. Il se rapproche ici de l’IDM, grâce à une mélodie entêtante qui parviendra à faire vibrer les corps. Quelques voix fantomatiques résonnent en filigrane du tissu sonore, avant de s’éteindre pour laisser Mistress calmer l’atmosphère. En effet, le morceau commence sur quelques notes de piano déformées avant de s’élancer sur une pure mélodie de musique classique contemporaine. Nicolas Jaar imagine une partition de piano, quelque peu bousculée par des effets de synthétiseurs, résolument mélancolique et pourtant imbibée d’une chaleur et d’un romantisme, qui ne peuvent que bercer les cœurs.

Nicolas Jaar continu de bousculer le monde de la musique, avec ses expérimentations électroniques qui subjuguent tant de personnes. C’est finalement ça le point fort de l’artiste, proposer une musique exigeante et radicale tout en réussissant à toucher un grand nombre d’individus. Porté par une grande inventivité jusque dans les moindres détails, cet Ep ne révolutionne pas l’univers développé par l’artiste mais confirme son talent. Nymphs III est une virée électronique pleine d’émotions, où les sonorités s’entrelacent avec élégance jusqu’à faire chavirer nos esprits.

Tendrement.