Norma – Female Jungle

Another Red Day. Un titre qui a placé Norma, jeune artiste française aux multiples talents sur le devant de la scène alternative, et qui a diablement bien planté le décor pour la sortie de son premier album, Female Jungle. Artiste à l’apparence aussi mystérieuse qu’accessible, elle fait de ce dernier un recueil de pensées, de confessions et de revendications sur la condition féminine, le tout sur fond de musique alternative protéiforme inspirée de la pop des années 1990. Un album déroutant qui nous empêche de croire qu’un artiste n’est capable d’exceller dans des genres contraires.

Si l’on devait résumer l’album de Norma en un seul terme, on dirait qu’il est un diamant brut. Petites, grandes, brillantes ou non, chacune des facettes de ce dernier est unique, et diablement différente de celles qui l’entoure. Et il suffit de comparer les premiers titres de l’album pour s’en rendre compte. Si Another Red Day, titre aussi langoureux que désespéré, ouvre le bal, c’est avec Female Jungle que l’on prend réellement conscience de cet aspect. Bien qu’il ne soit pas l’opposé extrême d’Another Red Day, il véhicule d’autres émotions, s’apparentant plus à une lutte pour défendre des intérêts dans un monde saturé, matérialisé par l’instrumental complexe qui soutient les paroles de Norma.

“I’ve always been the one to wear my heart on my sleeve
But lately I’ve been keeping it all in…”

Et si plusieurs titres font écho à cette interprétation, d’autres sortent de manière assez franche du lot. Si nous sommes tentés de mentionner d’emblée la ballade la plus intimiste de l’album – Hysterical Wife, c’est aussi sur les titres Feel Me As I Am et Like It Like That qu’il faut s’attarder. Feel Me As I Am est un véritable chef d’oeuvre : rappelant les ballades planantes des groupes de rock des années 90 (on pense aussi bien à Scorpions qu’à Muse en écoutant ce titre), la voix de Norma se perd en arabesques vocales, laissant chez l’auditeur une impression cinématographique – l’impression de vivre une scène au ralenti. Quant à Like It Like That, un changement radical d’ambiance s’opère, rappelant les bangers saturés de M.I.A lors de la sortie de son album Arular.

En bref, de A à Z en passant par l’alphabet d’une autre langue, Norma nous surprend, nous fait plaisir et nous dérange à la fois. Et on vous l’assure, c’est une sacrée qualité que d’être capable de se renouveler autant au fur et à mesure que les tracks se jouent.

Avant d’être une véritable productrice, Norma est une artiste nocturne, qui compose dans un premier temps ses chansons de manière acoustique, le soir dans sa chambre. C’est seulement après la rencontre de Ryder The Eagle que l’artiste a trouvé ses véritables couleurs musicales, celles qu’elle partage au monde aujourd’hui. Et avec ce magistral premier album, il va de soi de dire qu’on ne manquera pas de suivre ses prochaines actualités !

Retrouvez Norma sur les internets :
Facebook
Twitter 
Instagram
Youtube
Soundcloud

Tendrement,
Cloé Gruhier,
Le Beau Bug.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × un =