Morning/Evening – le nouvel album de Four Tet

C’est « en l’honneur du solstice d’été » explique Four Tet sur les réseaux sociaux, que nous pouvons désormais écouter son nouvel album baptisé Morning/Evening. En streaming sur sa page Bandcamp, l’artiste surprend à nouveau avec ce projet, faisant suite à Beautiful Rewind en 2013. Une version vinyle paraîtra le 10 juillet prochain, sur son propre label ; Text Records (https://www.boomkat.com/labels/?id=2477).

Bien sûr, Four Tet n’est pas resté inactif, sortant un album intitulé 2011 until 2014 en janvier dernier sous son autre alias Percussions. C’est aussi en tant que producteur qu’il a travaillé avec Omar Souleyman ou Neneh Cherry ces derniers mois. Pour cet album, l’artiste a imaginé deux titres d’une vingtaine de minutes, Morning Side et Evening Side ; un condensé lumineux et méditatif de ses rêveries électroniques.

Sur Morning Side, Four Tet imagine une série de beats métronomiques qui s’enrichissent de claviers planants et lumineux. Un chant oriental enveloppe la mélodie d’une aura mystique. La voix féminine se couvre de réverb, s’arrête puis reprend, immergeant l’auditeur dans un paysage sonore où on berce ses sens. Evening Side prolonge cette veine en diminuant le tempo au profit d’harmonies issues de l’ambient. L’ombre de Brian Eno plane sur ce disque, tant certains instants rappellent ses travaux. Le morceau s’étire délicatement dans un calme azuréen, avant de s’éteindre lentement, alors qu’une série de percussions résonnent furieusement, comme si Four Tet prédisait le début d’une soirée intense lorsque s’achève son disque.

Morning/Evening écrit les bandes-son idéales pour ces instants de suspens, lorsque le soleil disparaît ou qu’il dissipe la nuit. Il charme par son élégance, ses sonorités épurées, sa capacité à faire rêver via à un tissu sonore méditatif. Voilà un album qui fait du bien aux oreilles, redonnant au cœur de la musique quelques battements, alors que nombre d’artistes ricochent sur les beats et s’écroulent dans la médiocrité.

Tendrement, Le Beau Bug.