Monomotion – Leaving

Les productions de Monomotion ne nous laissent jamais de marbre. Véritables odes au voyage sur des tons downtempo, ambient et stellaires, on se laisse sans résistance embarquer sur rythmes sourds, légers mais assumés, et textures sonores qui font voir le monde sous une autre forme, dessinant autrement les angles des lieux qui nous entourent. Lorsque le 21 avril sortait sur FAKE MUSIC son EP Leaving, nous y avons vu l’occasion de faire en un peu plus de vingt minutes un aller-retour vers les étoiles. Et nous ne sommes pas trompés.

Leaving est un voyage en cinq actes, tous différents et sans refrain. Le premier est intitulé Reflects. Le titre est soigneusement choisi, car si l’introduction met doucement en place le décor, lorsque les basses font leur entrée sur scène, les sons se reflètent littéralement les uns sur les autres, les couches sonores se superposent et s’entremêlent à la perfection. Basses et textures ambient galactiques se perdent, souffle d’éclats de diamants dans un univers de velours.

Le suivant, Nevermore, c’est en quelque sorte l’équivalent auditif d’une balade dans un palais fait de miroirs. Le morceau, en deux temps, nous fait vivre deux voyages en un : dans sa première partie, les nappes électro dessinent les murs du palais, notes de cordes synthétisées et sons métalliques les colorent. Des notes de synthé sont ensuite jouées en guise d’entracte, avant de repartir de plus belle grâce à une esthétique déflagration sonore, donnant du relief, dévoilant une autre facette du motif travaillé précédemment.

En plus de ces bijoux, Monomotion, propose encore une fois dans son dernier titre un morceau en duo avec le producteur français Feynman. Dénommé Opacity, il est la conclusion parfaite de ce voyage, offrant une autre perspective que ce qui a été jusque là travaillé par Monomotion. On retrouve les délicatesses organiques de Feynman sur ce morceau, entre notes de piano brutes et franches et notes de cordes jouées serrées (donnant un côté baroque et métallique au morceau), combinées avec l’expertise et la signature de Monomotion.

On partage avec vous en plus de ce bel EP le titre Time, dernière collaboration entre Monomotion et Feynman sur son album Air sorti l’année dernière, Opacity exclu.

Monomotion est un producteur de musique électronique française, mélangeant plusieurs genres voisins entre eux, à savoir l’ambient et le downtempo. En plus d’être producteur, il est également le co-fondateur du label de musique électronique indépendante française Fake Music.

Retrouvez-le sur les internets :
Site
Facebook
Twitter
Soundcloud

Et retrouvez également sur Le Beau Bug l’article sur son précédent album Behind The Moon que nous avions pu faire il y a cela deux ans !

Tendrement,
Cloé Gruhier,
Le Beau Bug.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × deux =