MAD MAX – FURY ROAD de George Miller

Près de 30 ans après son premier succès (1970), Max,ancien gendarme de la route au passé chargé, porté à l’écran pour la première fois par un Mel Gibson alors inconnu du public, revient sur nos écrans. Cette fois-ci, c’est un Tom Hardy dont la renommé n’est plus à faire qui prend le relais, aux côté d’une furieuse Charlize Theron.

Le pitch : Hanté par un lourd passé, Mad Max estime que le meilleur moyen de survivre est de rester seul. Cependant, il se retrouve embarqué par une bande qui parcourt la Désolation à bord d’un véhicule militaire piloté par l’Imperator Furiosa. Ils fuient la Citadelle où sévit le terrible Immortan Joe qui s’est fait voler un objet irremplaçable. Enragé, ce Seigneur de guerre envoie ses hommes pour traquer les rebelles impitoyablement… (cf Allociné)

[metaslider id=17948]

Jamais on avait vu le chaos, la violence d’un monde dévasté d’une si belle manière.

Dans un monde apocalyptique sans foi ni loi, a lieu une course poursuite effrénée animé par un casting du tonnerre, des effets spéciaux et une qualité graphique à la hauteur de nos attentes. Plusieurs années de production et un budget colossal (100 000 000€) ont été nécessaire pour cette réalisation.

mad-max-fury-road-poster

Ce réalisateur aussi lointain que son pays d’origine, l’Australie.

George Miller un faiseur de blockbuster ? Non ! Mad Max porte toujours les thèmes qui ont fait son succès, et qui lui sont cher , la nature et son devenir pour les futures générations, l’hommes face au partage des ressources naturelles, les différentes facettes et personnalités de l’espèce humaine , comment l’homme s’adapte et évolue , prendra-t- il son destin en main?

maxresdefault

“Accrochez vos ceintures , si seulement il y en avait…”

En bref, prenez un ticket direction FURY ROAD, installez vous confortablement… vous y avez cru , c’est tout le contraire. Mad Max nous transporte à travers 2 heures de folie pure, pas de répis , on suffoque tant l’ambiance est stressante et aletante à la fois, nos sens et emotions sont mis à rude épreuve, mais comme un enfant après un tour de montagne russe, on en redemande.

Anecdote : Le lance-flamme sur le guitraiste était réél, il s’active avec le vibrato !

 

 

Une suite sur Furiosa en préparation ?

Merci à Nico,
Tendrement.