L’Odyssée de Jérôme Salle

C’est aux blockbuster d’action que nous a habitué Jérôme Salle avec la réalisation de Largo Winch 1 et Largo Winch 2 ainsi que le film The Tourist avec Angelina Joli et Johnny Depp. C’est pourtant avec un genre très différent qu’il revient dans les salles, après trois ans d’absence. Cette semaine on vous parle d’un biopic fascinant, sûrement la meilleure réalisation de Jérôme Salle.

lambert-wilson-dans-l-odyssee-de-jerome-salle-1_5723811

Synopsis : Retour dans les années 1950, sur la côte méditerranéenne. Un homme passionné par la plongée sous-marine décide de faire embarquer sa famille sur le célèbre navire, « La Calypso » et de partir à la conquête des fonds marins. Il réalisera alors plus d’une dizaine de films sous la mer qui feront le tour du monde.

Un personnage principal adulé par nos parents et grands-parents mais un film trans-générationnel. Jérôme Salle vous invite ici à découvrir l’incroyable univers du fameux Commandant Cousteau, le plus grand explorateur océanographique du XXeme siècle.

Tous les éléments qui le composent sont idéalement choisis. Que ce soit l’histoire, le casting, les images ainsi que la musique, rien n’a été laissé au hasard.

228280

Tout petit marin qui se respecte a forcément déjà entendu parler du commandant Cousteau. Pour les autres, il n’est jamais trop tard pour apprendre. Il n’est pas moins que l’un des premiers hommes à avoir exploré l’antarctique. Il possède également un rôle majeur dans l’évolution du cinéma animalier ainsi que dans la création du scaphandre autonome. On vous parle aujourd’hui d’un film historique, sans pour autant tombé dans le documentaire.

C’est surement la place qu’occupent les acteurs qui permet un parfait équilibre entre une caméra tournée vers les fonds marins, ainsi que le jeu des acteurs. Lambert Wilson est parfait dans le rôle du commandant Cousteau. Comme à son habitude Jérôme Salle ne lésine pas sur le casting, on retrouve ici Audrey Tautou ainsi que Pierre Niney (que l’on avait adoré dans Frantz) qui l’accompagnent à merveille pendant tout le long métrage.

screen-shot-2016-10-19-at-18-58-40

Pour ce qui est de la photographie du film, elle nous transporte aux quatre coins des océans. Et nous offre des moments mémorables, comme la confrontation de l’équipe du calypso avec un banc de requins ou un ballet entre Pierre Niney et une baleine à bosse.

Enfin n’oublions pas que ce film aussi beau soit il, a pour vocation de raconter les relations difficile qu’à eu le médiatique commandant Cousteau avec ses proches.

En tout état de cause les 2 h du film filent à toute vitesse et on pourrait presque regretter que le générique de fin arrive si vite.

Sortie : 12 octobre 2016
Durée : 2h02
Nationalité : Français

Tendrement,
Alexandra Givanovitch
Le Beau Bug

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 + 18 =