L’Interview – NEIRD.A

C’est un plaisir de vous retrouver pour la rentrée du Beau Bug et sa première interview. Aujourd’hui dans le Claque Son retrouver L’Interview d’Adrien alias NEIRD.A que l’on a rencontré  au Saint T, le bar a ne surtout pas manquer sur Toulouse en ce moment. Passionné et amoureux de son métier c’est livré a nous une discussion captivante et ouverte sur le monde de la musique. C’est donc avec plaisir que l’on vous fait re-partager ce moment sincère.

Pourquoi “NEIRD.A” ?

Ben tout simplement, c’est Adrien en Verlan , et j’ai passé quelques temps à chercher un nom de scène , comme quand tu es petit et que tu cherches ta signature. Puis c’est venu naturellement, quand j’ai quitté mes premières résidences et que j’ai imposé mon style musical. Il fallait que je change tout, donc je suis passé de Adrien V à Neird.a.

Quelle définition pourrais-tu donner au métier de Disc Jockey ? 

Selon moi et par rapport à mon parcours, je pense qu’un DJ doit jouer pour son public !  Un bon Dj est celui qui arrivera à faire passer des émotions à la salle. Et il est vrai que quand les émotions passent, on peut sentir des frissons derrière ses platines. Attention je ne dis pas que le DJ est un jukebox, il faut savoir imposer sa musique, car jusqu’à preuve du contraire, c’est quand même lui le “chef d’orchestre “

C’est difficile de comme tu dis “imposer sa musique” ?

C’est forcement difficile au début quand tu commences, et que tu joues pour les établissements, qui ont déjà une clientèle, une thématique musicale, mais je crois qu’avec le temps et les diverses expériences, tu fini par faire accepter ce que tu joues ! Ce qui est difficile c’est de faire plaisir à tous donc forcement il y aura toujours des gens qui seront déçu ou pas entièrement satisfait !!

Maintenant je crois que ça rejoint le fait qu’un bon Dj doit savoir faire une sorte de mix entre ce qu’il est convaincu dans sa musique, et jouer pour les autres !

Les contrats sont imprévisibles, les jours incertains, qu’est ce qui t’as poussé à continuer ce métier ? 

Je crois que c’est une question qui est assez compliqué, car je suis passé par des périodes très difficiles de remise en question, mais s’il y à une chose qui m’a permis de tenir c’est de me retrouver derrière des platines chaque week end et de vivre pleinement ma passion.

Puis après les premières années, qui sont généralement les plus compliquées, c’est ce lien qui nous rapproche des « nighteurs » , des « followers » qui donnent envie de continuer !! Quand tu reçois des messages, du style, «  quand est ce que tu joues car tes podcasts ont rythmés toute mes vacances, ce sera mieux de te voir en vrai «, ce serait con de m’arrêter maintenant.

Maintenant il est vrai que pour gagner correctement sa vie il faut enchainer les dates ,  et 50% du métier passe par un réseau et des rencontres.

Qu’est ce qui te plais et t’attires dans la musique ? 

Je viens d’une famille ou depuis tout petit, on baigne dans la musique classique ! Je suis né avec des airs d’opéra comme berceuse, avant les comptines d’anne sylvestre pendant les longs trajets en voiture.

J’ai toujours aimé la musique et les émotions qu’elle procure. Il y en à pour qui une dégustation d’un bon repas procure un orgasme culinaire, ben je crois que la musique procure également ce besoin d’exprimer ce que l’on est ! Que l’on soit artiste ou simplement auditeur !

Je ne connais pas une personne qui n’écoute pas de musique au moins une fois dans la journée. Je crois que pour cela je suis un peu comme tout le monde, je suis juste attiré par ce qui est beau.

Quelle approche as-tu avec la musique de nos jours ?

Je dirais que je suis un peu le cul entre 2 chaises, il y à des choses qui me plaisent énormément et d’autres qui ont tendance à gâcher ce qu’est la musique.

Je parle évidemment de musique électronique, car c’est que je connais le mieux désormais. Je trouve dommage que certains artistes oublient le terme musicalité dans leurs productions ! J’ai une phrase que je dis souvent, ça sert à quoi de taper pour taper … il m’est arrivé de voir ou même d’être acteur de soirées, ou le seul fait de jouer des sons mélodieux, avec de superbes vocaux, sans pour autant jouer des sons de bourrins , ont complètement retourné les fêtards. Puis je suis pas un grand fan de ce qui fait mal aux oreilles, sortir d’une salle et se taper 2 jours d’acouphène, très peu pour moi.

Quels sont tes projets, tes envies ?

Je reviens d’Hong Kong où j’ai eu l’immense plaisir de jouer au Gecko et de rencontrer une scène hyper ouverte et avec une vraie force musicale. Je suis donc entrain de voir si je peux partir m’installer là ba afin de progresser et de quitter un peu mon cocon Toulousain.

Ensuite continuer à développer mon podcast qui marche pas mal, et sur lequel j’ai de bon retour. Voir comment je peux développer ma stratégie de communication autour de mon nom.

Enfin, je suis quand même très attaché à Toulouse, ou j’ai passé d’intenses moments, bons et mauvais. Je viens de rejoindre il y à 9 mois, l’équipe du Saint T ou Jules et Ludo m’ont confié une résidence, il y à un réel travail de programmation et de choix musicaux qui sont vraiment intéressant en tant que DJ. Puis l’opportunité de jouer aux côtés de Djs vraiment réputés , Androma, Flic Flac, Gamper & Dadoni , Herr Vogel, …. C’est une vraie chance dans un petit bar, d’avoir ce genre d’évènements.

Le « El Diez » m’a aussi proposé de jouer 4 fois par mois.

En gros continuer sur cette lancée, et profiter un maximum de cette année, pour faire les petits réglages qui m’ont manqués sur les années précédentes ?

Quelques indispensables a avoir dans son ipod ?

Chet Faker – I’m Into You – Monkeyneck Remix

Sigma ft. Paloma Faith – Changing – Klingande Remix

Androma – Gunjunle – Toutes les versions

John Legend – All of me – Kung Edit

Sinon mes podcasts haha …

Tendrement,
Alix Darasse,
Le Beau Bug

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

six + 5 =