L’Interview de Tracktl

On a tous connu ce moment fatidique de la soirée, où youtube, laissé naïvement à porté de tous, devient l’acteur premier des plus gros massacres sonores jamais entendus. 

Tracktl c’est l’appli smartphone qui se lance pour défi de changer la donne de vos nuits arrosées ! Par un système ultra simple de communauté musicale interactive, l’appli permet au clubbeur lambda de passer derrière les enceintes et d’enfin combattre la dictature du son. 

Le Beau Bug à eu envie de rencontrer Louis, l’un des 2 jeunes fondateurs de cette start up française innovante et insolite. 

Salut Louis. Avant tout, parle nous un peu de tracktl: comment ça marche en quelques mots ?

Tracktl est une app de playlist collaborative, tous les participants d’une soirée peuvent ajouter et voter pour leurs musiques préférées directement depuis leur smartphone. Les musiques avec le plus de votes sont les premières à être diffusées. Une sorte de jukebox virtuelle en fait !

Déjà plus de 50 000 trackparties en deux ans, tracktl est une appli internationale. Quels pays en sont le plus addict?

Après la France c’est l’Angleterre. Et aujourd’hui on relève même des pays d’Amérique du Sud comme le Brésil et la Colombie. 

Votre slogan c’est « reprends le contrôle de la musique ». Pourquoi ?

Pour répondre aux « relous de soirées » qu’évoquait Norman dans l’un de ses clips. Permettre à chacun de pouvoir intéragir sur son environment musical quelque soit l’endroit.

Tu penses que la perte de contrôle sur la musique est quelque chose de plutot positif où négatif ?

Plus positif qu’autre chose car on veut créer du lien grâce à la musique. 

Vous touchez à toutes les catégories d’utilisateurs: du jeune clubbeur en quête de démocratie musicale, au PDG d’entreprise qui préfère laisser à ses clients le contrôle des enceintes, en passant par les futurs mariés soucieux du parfait compromis au diner. Comment expliques tu cette diversité?

La musique touche tout le monde tout le temps. Qu’on soit seul avec ses écouteurs mais aussi, et surtout à plusieurs, entre amis, ou dans un bar/restaurant/café etc.. la musique nous accompagne partout et ce sont nos utilisateurs qui se sont appropriés le service en fonction de leurs besoins. Jusqu’à l’utiliser en covoiturage !

11539621_953562148035957_3014471044474595291_n

C’est pas dur de convertir des gens réticent à la technologie et à « l’ultra­connexion »? Comment éviter l’effet geek ?

Pour nous internet permet d’enrichir le réel. Et Tracktl permet d’enrichir l’environnement musical de chacun en y apportant sa touche personnelle tout en créant du lien avec les autres participants. Et une musique c’est minimum 4 min à 10 on a déjà 40 musiques sans avoir à toucher son portable. 

Dans une ère ou les styles de musiques foisonnent, les playlists des trackparties révèlent forcément les goûts de la majorité des trackers. On relève quoi comme genres les plus écoutés aujourd’hui?

Tout dépend des communautés/groupes qui partages la même playlist. Les styles varient en fonction des lieux et des personnes. Du metal aux hits très commerciaux on voit passer de tout. 

Tu qualifies tracktl d’expérience sociale. Pourquoi?

Car la musique est fédératrice de lien social. Et l’effet tracktl agit aussi comme « icebreaker » en soirée, facilite la bonne ambiance et les rencontres.

Tu penses quoi de la génération Y?

Créative, consciente, avec un champs des possibles fantastique mais qui peut faire peur au moment de choisir que faire. 

Comment vois tu tracktl dans dix ans?

La bande originale de ta vie.

C’est quoi un «Beau bug » pour toi?

Une fois lors d’une soirée étudiante les participants ont tous votés pour une musique qu’ils voulaient entendre. A la fin de celle qui précédait, il y a eu un bug internet et la musique ne s’est pas lancée. Les étudiants ont cru qu’on l’avait fait exprès pour faire monter l’ambiance avec une sorte de blanc. 10 seconde plus tard la musique s’est lancée et tout le monde à danser en pensant que c’était calculé. Un Beau Bug 🙂

11136298_911185368940302_5751240344439636145_o

Tracktl sur les internets :
Facebook
Web

Tendrement, Le Beau Bug.