L’INTERVIEW DE THE LIZZIES

Aujourd’hui on profite d’une pause pour en savoir un peu plus sur The Lizzies! Aux commandes : Louise et Tauba, 2 bruxelloises déjà qualifiées de “New It-Girls Electro”. Elles nous proposent de l’électro surfant entre trap, hip-hop et house, avec un 1er EP qui ne devrait pas tarder à sortir The Lizzies nous laissent en suspens avec Only You en collabo avec Sanou San. Alors on écoute et on en apprend un peu plus sur ce duo à l’avenir prometteur!

1. Salut The Lizzies ! Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Nous sommes deux amies de longue longue date qui ont commencé à organiser tout d’abord des soirées ensemble puis qui petit à petit ont voulu mixer puis chanter pour finir par former The Lizzies notre groupe.

2. Pourquoi The Lizzies ?
C’est le nom du gang des filles dans le film anthologique des années 70 The Warriors. Un ami à nous nous a un jour surnommés comme ça et c’est resté.

3. Votre duo existe depuis bientôt 4ans, qu’est ce qui vous a poussé à faire de la musique ensemble?
Le fait de collaborer dans le monde de l’event et de la nuit nous a poussé un jours à tenter de chanter pour rire, sans la moindre prise au sérieux et uniquement pour le “fun”. Et on a toujours eut une super bonne entente musicale donc à deux ça collait bien, les choses se sont passé très naturellement.

4. Est-ce compliqué en tant que femme de se faire un nom dans la House ?
Déjà on a jamais considéré qu’on était dans un seul style musical on touche à plusieurs facettes de la musique. On a joué de la house comme de l’electro et maintenant du hip-hop. On a jamais été vraiment dans une catégorie. Donc on dirait plutôt qu’être des femmes donne certaines facilités, mais aussi des difficultés pour s’imposer dans le monde de la musique tout court donc il faut dealer avec tout ça.

5. Certains de vos mix sont fait pour danser tandis que d’autres sont beaucoup plus planants, quelles sont vos inspirations musicales ?
On en a un tas et elles varient avec le temps, on a été pour notre ancien projet house avec le dj producteur DKA influencé par des artistes comme Grimes, Fka Twigs, Glass Candy, Chromatics ou même Kap Bambino, Sexy Sushi etc et maintenant le nouvel EP qui va bientôt sortir avec Sanou San à la prod est plus inspiré des gens comme Doja Cat, Tommy Genesis, Taha, Sza et du RNB des années 90 qui nous rappellent notre adolescence. Nous n’avons aucun problème avec le fait de changer de style et d’expérimenter un maximum de choses qui nous font vibrer et forcément avec le temps tout ça change, on ne reste pas caler dans un seul registre.

6. Dans votre musique il y a de la mélodie, du rythme, des synthés et vos voix, comment gérez-vous vos sets ?
Avant on chantait avec notre producteur sur scène qui gérait le son, maintenant la configuration a changé puisque nous sommes nous même derrière les platines pour chanter et mixer nos morceaux.

7. Si vous deviez choisir un de vos sons qui caractérise le plus The Lizzies ?
Dans les anciensça serait Lie to me et dans notre nouvel EP Only you qui vient de sortir sur youtube.

8. Ceci n’est que le début d’une grande histoire musicale, on vous qualifie déjà de « Nouvelle it-girls électro », comment envisagez-vous la suite ?
Ça a fait super plaisir à entendre, et bien on espère pouvoir réaliser tout ce que l’on souhaite et comme nous partons vivre 1 an à Montréal dans pas très longtemps on souhaite collaborer avec des artistes d’ailleurs. Mais avant ça sortir encore des clips pour notre EP avec Sanou San.

9. Qu’est ce qu’un Beau Bug pour vous ?
Heeuuuuu un super chaos?

10. Si vous deviez choisir La musique marquante de votre amitié ? Une anecdote ?
Les musiques marquantes de notre amitié c’est Adult et Kap Bambino ils représentent une période géniale d’insouciance dans laquelle on était à ce moment là.

Anecdote : Le jours de notre rencontre à Dour, il y eut une bataille de poubelles sur tout le campement c’était assez épique et scandaleux, ce genre de moments reste gravé dans la tête.

The Lizzies sur les internets :
Leur Facebook
Leur SoundCloud
Leur Deezer

Tendrement,
Laurène,
Le Beau Bug.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

onze − 6 =