L’interview de Sorg & Napoleon Maddox

Sorg & Napoleon Maddox est un condensé de soul, de jazz, de hip-hop, d’électro et de funk. Le projet est né en 2013 d’une collaboration entre un rappeur beatboxer de Cincinnati et un beatmaker de Besançon sur Wild West. Leur premier EP Ribbons & Razors sortira le 10 mars 2014. Il faudra attendre 2016 pour un deuxième EP intitulé Soon et ce sera finalement en 2018 que l’album Checkin Us sera produit.

1. Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Sorg: Hello, je suis musicien, guitariste de formation. Aujourd’hui je suis surtout beatmaker et producteur de musique electro/hiphop. Je vis à Besançon en France.
Napoleon: Bonjour, je suis chanteur, rappeur, et beatboxeur. Je vis à Cincinnati, Ohio. Je travaille beaucoup entre le Jazz, le Hiphop, et la musique expérimentale. Je suis aussi le leader du groupe IsWhat?!.

2. Pourquoi ces pseudos ?
Sorg: C’est un vieux blase que je traine depuis mon adolescence, qui n’a pas de sens particulier, mais qui sonnait mi-robot mi-humain. Je trouvais que ça correspondait bien à ma musique qui évolue entre organique et synthétique.
Napoleon: Napoleon Maddox est mon vrai nom tout simplement.

3. Comment est né le projet Sorg & Napoleon Maddox ?
Sorg: J’ai contacté Napoleon par mail en 2013 pour lui proposer une collaboration sur mon 2ème EP 16 Diamonds qui allait sortir. Nous avons donc créé à distance le track Wild West. Ensuite on s’est rencontré lorsqu’il était en tournée en France, puis on a beaucoup échangé, et très vite on a eu envie de partager la scène ensemble et de créer ce duo.

4. Entre Napoleon Maddox, leader depuis 1996 du groupe américain Iswhat ?! et Sorg, producteur français, comment s’opère le mélange entre racines américaine et bisontine ?
Sorg: On est curieux l’un et l’autre des autres cultures et des différentes racines dans nos sociétés respectives. On se comprend assez facilement, on parle beaucoup, de tout et n’importe quoi. Le mélange se crée naturellement, et aujourd’hui Napoleon est presque Bisontin en fait! Il vient à Besançon environ 2 à 3 fois par an depuis 2014.

Dans Shark Men, vous reprenez une chanson de Danyel Waro qui dénonce l’esclavagisme.
5. Pourquoi avoir fait le choit d’associer les esclaves à des hommes- requins ?
Napoleon: Je n’associe pas les hommes-requins aux esclaves directement mais le terme homme-requin décrit les colons qui les ont rendus esclaves. Cela marche aussi avec l’image de requins qui suivent les bateaux remplis d’esclaves attendant qu’ils tombent à l’eau.

On a eu le plaisir d’assister à un retour de Boogie Bang sur Colony, qui avait déjà été présent sur votre deuxième EP dans Security.
6. Qu’est-ce qui vous a amenez à retravailler avec lui ?
Napoleon: Boogie Bang est un vieil ami, avec qui j’ai beaucoup collaboré. On aime son style et ses textes! On a pensé à lui directement sur le morceau Colony Falls !
Sorg: En fait il était même sur notre 1er EP sur le morceau Luxury II. C’est devenu un peu une tradition que Boogie soit en featuring sur nos disques.

« Can you be content, if there’s nothing left ? »

Vous amenez à réfléchir à la notion de bonheur dans What’s your joy ?
7. Cela nous amène à vouloir vous demander à quoi se résume le bonheur selon vous et plus particulièrement sur quoi se base votre bonheur ?
Napoleon: Le bonheur auquel on fait allusion dans ce morceau n’est pas à propos d’un sentiment attaché aux effets extérieurs. En fait, nous voulons communiquer sur le contentement personnel. Comme je le dis dans les paroles: « It’s call content cause it comes from inside ». Mon bonheur à moi c’est de comprendre ma propre vie et où je vais.

Vous semblez insister sur l’humilité, en conseillant notamment dans Soon de « rester soi- même face aux succès ».
8. Pensez-vous avoir su garder la tête froide face à votre notoriété ?
Napoleon: J’espère oui! C’est important pour moi de garder un équilibre entre humilité et confiance face aux opportunités qui se proposent à moi aujourd’hui.
Sorg: J’ai pas vraiment l’impression d’avoir changé quoi que ce soit. J’imagine qu’on change sa manière de travailler avec l’expérience, mais je pense que l’intention est toujours la même pour moi: me faire plaisir et respecter les gens avec qui je travaille.

9. Bien que l’album vienne de sortir, avez-vous déjà en tête des idées de projets futurs ?
Sorg: On va déjà essayer de défendre notre album pendant un moment, et tourner avec. C’est sur scène qu’on s’éclate le plus, donc on va en profiter un peu haha! Pour l’instant on ne parle pas trop de l’après Checkin Us, on est vraiment concentré dessus. Mais je ne nous imagine pas rester 2 ans sans composer et créer. Donc il y aura une suite, c’est sûr!

10. Vous êtes plutôt…

– Red white and blue ou blue blanc rouge ?
Les deux et aucun à la fois

– Scène ou studio ?
Scène, sans réfléchir !

– NTM ou IAM ?
IAM

11. Auriez-vous une anecdote à nous faire partager ?
Sorg: Sans doute notre première rencontre. Je l’avais contacté pour collaborer sur une instru à moi pour mon 2ème EP. Après avoir créer le morceau Wild West à distance, sorti en février 2013, je me suis aperçu que Napoleon passait avec son groupe IsWhat?! chez moi à Besançon à La Rodia 2 ou 3 semaines plus tard. Je lui ai donc dit: « Hey mec c’est fou tu viens chez moi! », et il m’a proposé de jouer Wild West avec lui et ses musiciens sur scène! C’était un super moment, et c’est vraiment là que tout a commencé. Après le concert on a passé toute la nuit jusqu’à 5h du matin à tourner des images pour en faire un clip. Malheureusement on a perdu toutes les données dans un crash de PC…

12. Notre magazine s’appelle Le Beau Bug. C’est quoi pour vous, un beau bug ?
Sorg: Justement c’est un beau bug ce qu’il nous est arrivé pour les images du clip haha. On a tout perdu dans un bug informatique, mais finalement c’est cette nuit là qu’on s’est dit qu’on devrait refaire des trucs ensemble et qu’on a fini par créer cette même année le projet Sorg & Napoleon Maddox.

13. Enfin quels sont les indispensables à avoir dans sa bibliothèque musicale ?
Napoleon: 40 days and 40 nights de Xzibit, Midnight Marauders de A Tribe Called Quest, Sex and Violence de Boogie Down Production, Underground de Thelonius Monk
Sorg: Illmatic de Nas, Endtroducing de Dj Shadow, Moment of Truth de Gangstarr, Electric Ladyland de Jimi Hendrix

Retrouvez Sorg & Napoleon Maddox sur les internets :
Facebook
Soundcloud

Tendrement,
Chloé Quelennec,
Le Beau Bug.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    4 × 4 =