L’interview de Nuit Oceān

On avait déjà été plus que charmés par l’univers sonore d’une douceur sans nom de Nuit Oceān, artiste signé sur le label parisien Maison Ainsi et qui avait sorti en 2016 son premier EP. De retour en 2018 avec un second, intitulé Midnight Seduction, nous en avons profité pour lui poser quelques questions.

1.  Peux-tu te présenter en quelques mots ?
Exercice très compliqué..
Je m’appelle Steve et on va parler de l’EP, c’est plus intéressant que de savoir qui je suis moi personnellement.

Tu as un pseudonyme qui résonne beaucoup avec ta musique.
2. Ceci dit, pourquoi Nuit Oceān spécifiquement ? Pourquoi cette écriture, également ?
La nuit parle à tout le monde, qu’elle fasse peur, ou qu’elle attire, tout le monde y est sujet. Les gens ont tendance à être différents la nuit. C’est une source d’inspiration intarissable. L’océan m’apaise, m’intrigue par sa force, son énergie sans repos, sa beauté infinie…
En partie pour cela… J’ai voulu faire simple, avec un nom facile à retenir.

Dès la sortie de ton premier EP, il y a eu un véritable engouement médiatique autour de celui-ci (auquel nous avons d’ailleurs participé !).
3. Comment l’as-tu vécu ?
Honnêtement de mon côté je ne l’ai pas réellement ressenti. Je suis vraiment touché et honoré qu’il y ait eu autant d’écoutes sur ce premier EP, mais j’ai encore tellement de choses à donner que je ne m’arrêterai pas à des chiffres, au contraire ça me pousse à vouloir faire mieux à chaque fois.

Sur ton précédent EP, tu apparaissais sur la pochette, seul, de dos. Cette fois, ce sont des lèvres de femmes, maquillées, dont les couleurs nous apparaissent en négatif.
4. Peux-tu nous en dire plus sur la signification de cette couverture, au regard de tes nouveaux titres ?
Cette pochette c’est un clin d’oeil aux années 90, j’aime vraiment l’imagerie du cinéma américain des 90’s, plus particulièrement Lynch, sensuel, faussement glamour et très violent. De ce fait l’EP ainsi que la pochette sont fortement inspiré par Wild at Heart, Lost Highway et forcement Twin Peaks.

Si sur tes précédents morceaux ta voix se mêlait à la musique, cette fois l’instrumental semble simplement la souligner, pour un résultat plus sensuel que mélancolique, plus intimiste également : ta voix ne semble plus s’éloigner à présent. Et c’est notamment le cas dans Crawl Into The Night.
5. Qu’est-ce qui explique ce changement entre le premier EP et le second ?
C’est simplement la continuité de ce projet, le premier EP était une sorte d’introduction, un rite de passage, avec ce second EP je me révèle un peu plus, je suis plus à l’aise avec ma voix même si je ne supporte pas de l’entendre. Le fait que le label (Maison Ainsi) m’ait poussé à fond en croyant au projet me donne un peu plus confiance pour rentrer plus en profondeur dans mes envies et mes sensations par rapport à la musique.

On poursuit sur cette vibe langoureuse avec Nothing Like You. Un détail attire l’attention au coeur de ce voyage : non seulement la mélodie se fait plus minimale, mais aussi plus organique.
6. Est-ce que tu composes la totalité des mélodies de tes titres, ou est-ce que tu te fais accompagner ?
Je compose la totalité des mélodies. Quand j’ai composé et écris cette chanson j’écoutais Sade « Promise » (l’album) en boucle.

“We live too long to be so sad
But I keep crying, crying, crying, crying for you”

L’amour est ton sujet de prédilection dans les titres que tu dévoiles à tes auditeurs depuis le début. Si c’est peut-être un des sujets les plus abordés en musique, la façon dont tu le décortiques ici est singulière : les phrases sont décousues, espacés de silences qui laissent de la place à des sons caverneux, qui invitent à l’introspection.
7. Ce titre ressort également comme une confession à une personne aimée. Est-ce cela que tu as souhaité faire ressortir de ce titre ?
Pour ce titre oui c’est très personnel, un peu trop du coup je garde un peu de mystère..

Sur Midnight Seduction, un sample de voix (la tienne ?) t’accompagne presque comme si tu avais des choeurs derrière toi.
8. Peux-tu nous en dire plus sur l’ajout de ce sample à ce morceau ?
C’est bel et bien ma voix . C’est une erreur de plugin pour tout dire. Je ne sais pas si cela plaira mais j’ai décidé de laissé tel quel.

Le titre du morceau (et de l’EP, par extension) interpelle.
9. La nuit est-elle pour toi plus propice au dévoilement de ses sentiments que le jour ?
C’est évidement plus propice à la séduction, la nuit est fiévreuse, moite, sexy, on fait des choses qu’on regrette le lendemain matin, la nuit c’est ton pote bourré qui ne veut pas que tu rentres pour épuiser tout l’alcool des bars et rentrer à l’aube…

Enfin, à l’écoute de Inside My Fears, on perçoit un changement, comparé aux autres titres celui-ci est légèrement plus sombre, moins sensuel que les autres.
10. Quelque chose laisse penser que ce titre invite plus à la réflexion individuelle qu’à la ballade électro-acoustique que l’on partage avec quelqu’un. Est-ce le cas ?
Un peu plus brut effectivement. Ce sont des questions que je me pose à voix haute. Donc pas forcement doux à l’écoute.. Midnight Seduction c’est une histoire d’amour  en 4 chapitres, il n’y a pas de sens de lecture. Chaque chapitre raconte sa propre histoire cependant ils sont inhérents à une lecture de cet EP dans son ensemble.

En s’attardant sur tes performances live, on se rend compte que tu apparais avec ta guitare.
11. Est-ce qu’un projet de reprises acoustiques de tes titres a déjà été envisagé ?
Pas pour l’instant. Quand je compose je pense en même temps au live et à ce qu’il est possible ou pas de faire. Donc je reste accompagné de certaines de mes machines pour le moment.

Après deux EP et plusieurs clips, on se demande si un projet d’album n’est pas en cours !
12. Qu’en est-il ?
Chaque chose en son temps.. 😉

13. Tu es plutôt…
– Jour ou nuit ?
Nuit.

– Chez une femme : mascara ou rouge à lèvres ?
Penelope Cruz 😉

– Guitare ou synthé ?
En ce moment synthé, mais ca change tout le temps..

– Musique triste ou joyeuse ?
Profondément triste! Ce qui ne signifie pas que je suis triste..

14. Une anecdote à nous faire partager ?
Ahaha non trop embarrassant à chaque fois..

15. Notre magazine s’appelle Le Beau Bug. C’est quoi selon toi, un beau bug ?
Une erreur sur un mix ou dans une composition qui va permettre d’emmener une chanson à l’opposé de ce qu’on voulait au départ et finalement ouvrir sur quelque chose de mieux parfois..

16. Pour finir, quels sont les indispensables à avoir dans son iPod ?
Blinded by the lightThe Streets
The StreetsOriginal Pirate Material l’album entier!
Is it a crimeSade
Amo bishop RodenBoards of Canada
Man in the mirrorMichael Jackson
Something in the wayNirvana
Written on the skyMax Ritcher

Retrouvez Nuit Oceān sur les internets :
Facebook
Twitter
Instagram
Soundcloud

Et retrouvez notre chronique sur son premier EP ici-même.

Tendrement,
Cloé Gruhier,
Le Beau Bug.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 − neuf =