L’Interview de Mangabey.

Photo by : Louis Derigon Photography

Aujourd’hui on interview Mangabey, célèbre Dj du label Boussole Record. On le suit depuis pas mal de temps et on kiffe son travail !

Il se livre ici pour une interview qui parle jazz, piano, house et encore pleins de choses qu’on aime. Il joue vendredi au Bikini pour fêter les 4 ans de son label (Boussole Record), nous perso on raterait ça pour rien au monde.

Salut ! Peux-tu te présenter en quelques mots ?
Bonjour, je viens de Toulouse, je suis musicien depuis près de 20 ans. J’ai commencé via le piano, avec une formation jazz puis je me suis passionné pour la musique afro-américaine (soul, funk disco et hip hop). J’ai commencé à produire du hip hop, ce qui me plaisait c’était l’utilisation des samples variés de soul, funk etc.. associés à un beat bien ‘lourd’ derrière.

Par la suite, j’ai découvert la musique électronique avec l’utilisation des synthétiseurs analogiques, ce qui m’a tout de suite passionné. C’est un univers aux possibilités infinies et c’est ça qui me fascine.

Pourquoi Mangabey ?
J’ai choisi Mangabey, qui est le nom d’un singe, car c’est un animal qui me parle : la combinaison de la proximité avec l’homme et son état sauvage.

J’aime l’idée de lien social et de rassemblement et, à l’opposé, l’animalité et la liberté que l’on retrouve dans la danse, la musique électronique.

Il me semble qu’à la base tu es pianiste, qu’est ce qui t’as amené vers la musique électronique ?
J’aime l’expérimentation rythmique, la puissance et la diversité des sons dans la musique électronique, j’aime ce qu’elle peut procurer aux gens, sa capacité à varier les ambiances. Que ce soit la techno de Détroit au groove House de Chicago en passant par l’esprit brut de Berlin et à la rondeur électrisante de la scène Londonienne.

Je n’ai pas laissé tomber le piano pour autant, je pense que les synthétiseurs sont complémentaires de tout ce que j’ai appris.

Tu ne produis plus de Hip-hop ou de Jazz ?
Ils font partie de ma culture et de ma formation musicale. Ce qui me plaît avec la musique que je produis aujourd’hui, c’est le métissage de tous ces genres musicaux. On trouvera toujours une touche de jazz et de hip hop dans mes productions house.

Aujourd’hui on peut dire que tu fais de la house, c’est quoi pour toi la house ?
Pour moi, la house, c’est une rythmique entrainante, qui fait danser et oublier tout le reste. C’est Chicago, c’est la musique des quartiers populaires qui ont eu la possibilité de produire leur propre musique, chez eux avec des instruments moins chers et plus ‘cheap’, créant ainsi cette sonorité électronique en gardant le groove des origines (le funk et la disco). Elle a ensuite voyagé et s’est diversifiée avec l’Allemagne, la France et la ‘french touch’, l’Angleterre avec la UK garage.

Tu es co-fondateur du Label Boussole Record, ça part de quoi ?
Boussole est une idée née au sein d’un groupe d’amis du lycée. Au début il y avait Antonin (Cathy), Francois (Francois Ier), Romain (notre graphiste), Antoine (Bien ou Bien) et moi.

On cherchait à diffuser notre musique, nos compositions et nos différentes influences dans Toulouse. Rapidement le public a accroché et était au rendez-vous lors de nos Boussole Party.

Boussole s’est agrandi, a accueilli d’autres membres pour finalement évoluer en label, Boussole Records, via lequel on distribue maintenant nos propres productions.

Est-ce qu’on peut dire que le projet Mangabey va avec le projet Boussole ?
Oui totalement, le projet Mangabey est né avec et grâce à Boussole. Avant je composais déjà mais j’ai eu le besoin de me créer une identité, un style musical, une image et Mangabey en est le résultat. Grâce à la création de Boussole, j’ai pu concrétiser ce projet.

On te suit pas mal sur Instagram, tu penses que c’est important en tant que DJ de communiquer via les réseaux sociaux ?
Oui très important, car aujourd’hui c’est via ta visibilité sur les réseaux sociaux que tu entretiens un lien avec ton public, en dehors des clubs et soirées. J’aime surtout partager sur Instagram l’avancée de mes productions et ma passion pour les synthétiseurs.

D’ailleurs j’aime pas trop ce mot DJ, tu te considères comme DJ, musicien, artiste ?
Je me considère comme les trois! Je joue, comme je compose, comme je peux soigner mes DJ Sets !

Grosse scène ou petite scène intimiste ?
Pas de préférence, tant que le public prend autant de plaisir que moi avec la musique que je joue. Mais je reconnais qu’une grande scène comme le Bikini à Toulouse peut créer une forme d’‘hystérie’ communicative !

Cravate ou Nœud Pap ?
Cravate, même si les deux ne sont pas vraiment mon style !

Vegan ou mangeur de viande ?
Je suis un adepte de la « bonne bouffe » ! Je ne refuse pas un bon steak ! (rires)

Rolling Stones ou Beatles ?
J’aime la fougue des Rolling Stones mais pour moi ça restera toujours l’hyper créativité des Beatles !

Quels sont tes projets, tes envies ?
Je travaille sur plusieurs EPs, je compose toujours beaucoup, trop parfois! Et à côté je bosse surtout sur mon live que je commence à défendre de plus en plus.

Qu’est ce qu’un Beau Bug pour toi ?
Alors en tant que DJ, une faute de transition qui rend le mix meilleur, dans la production, un sample mal enregistré qui au final fait tout le morceau (ça m’est déjà arrivé!).

Les indispensables à avoir dans son ipod.
J’aime voyager musicalement, varier et toujours découvrir de nouvelles choses. Je change régulièrement mes playlists ipod, en ce moment on y trouve :

. Fantastic man – Rhythm Algorithm
. Jump Source – All My Love Is « Free »
. Monomite – Street Fighter 3s Ending 2 (Edit)
. Uncle Louie – Full tilt Boogie
. Vicky D – This Beat Is Mind
. Soichi Noriki – Super Mario Bros.
. Masaki Ueda – Just Dance The Night
. Goody Goody – Super Jock

. et à peu près tout les EPs de Rhythm Section.

Mes deux coups de coeur de 2016 ce sont les albums ‘There Is No Right Time’ de Youandewan et ‘Fallen’ de Steven Julien (Funkineven).

Mangabey sur les internets :

Sur Facebook
Sur Soundclound
Sur Instagram

Tendrement,
Alix Darasse,
Le Beau Bug

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix − 9 =