L’interview de L’Impératrice

Nous avons eu la chance de pouvoir échanger, le temps que quelques minutes, avec Charles fondateur du groupe L’impératrice. Vous avez très certainement déjà entendu un de leurs sons tous très dansant et disco.

Nous avons dessuite accroché avec ce groupe et beaucoup avec Charles qui nous a raconté pleins de choses cool que nous voulions partager avec vous aujourd’hui !

Salut Charles, peux-tu te présenter en quelques mots ?
Salut je suis Charles, j’ai créé le groupe l’impératrice il y 3 ans et je suis claviériste.

Pourquoi L’impératrice ?
Pourquoi pas ? Quand j’ai crée le projet j’ai découvert un sentiment très féminin, j’ai découvert un état inconnu qui est devenu addictif comme quand on fait l’amour ou que l’on regarde un film. C’était un sentiment très impérial.

On ressent une réelle influence disco dans vos sons, qu’est ce qui vous plait dans ce style musical ?
Le coté dansant et fédérateur.

Pourquoi avoir fait le choix de choisir un avatar, qui aujourd’hui représente l’impératrice ?
Au début j’étais tout seul sur le projet, j’étais journaliste et je ne trouvais pas ma légitimité dans le projet du coup je me suis dit qu’il fallait que je trouve une effigie et rien de mieux qu’une belle femme.

Peux-tu nous dire quelques mots sur votre dernier EP ?
C’est un Ep marquant car il y a eu l’apparition d’une chanteuse. En effet c’est un disque plus porté sur le texte, la chanson, avec cette voix très précieuse. Quand on l’a entendu c’était elle ou rien. Le chant nous permet de raconter notre voyage de manière plus accessible car la voix est fédératrice.

Vous êtes un groupe de 6, ce n’est pas compliqué à gérer des fois ? Tout le monde trouve sa place ?
C’est l’avantage avec ce groupe on est tous très solidaires, c’est comme un groupe de potes

Il me semble Charles que tu aimerais beaucoup composer la BO d’un film, pourquoi cette envie est aussi importante pour toi ? Qu’est ce qui t’attires dans la réalisation d’une BO ?
La BO m’a toujours influencé, il n’y a rien de plus beau que d’allier l’image et le son.
J’admire beaucoup Vladimir Cosma par exemple, ces compositeurs arrivent à nourrir une histoire avec leur propre sensibilité.
Sans prétention aucune je pense que notre musique serait encore plus mise en valeur avec des images.

Vous entamez une série de concerts un peu partout en France, le live est-il un point indispensable du groupe ? Un souvenir marquant à nous raconter ?
C’est le moment le plus important car le partage est sein et encore plus marquant. C’est la base de la musique, d’un groupe.
Nous avons fait un concert en Inde l’année dernière et ça reste un souvenir inoubliable. Nous sommes arrivés sur scène avec en face de nous que des gens qui ne nous connaissaient, c’était génial de pouvoir leur transmettre notre musique. Nous avons même été décoré par le ministre de la culture indienne, ça été un moment très marquant.

Quels sont vos projets, vos envies ?
Signer avec un label car là pour l’instant on s’autoproduit avec du coup la possibilité de faire un album.

Qu’est ce qu’est un beau bug pour toi ?
Tu regardes un film, l’image s’arrête et tu remarques un truc que tu n’avais jamais vu, un petit détail qui prend son importance.

Les indispensables à avoir dans son Ipod ?
Je pense qu’il faut avoir l’album culte par groupe culte. Comme par exemple les Beatles, Pink Floyd ….

Tendrement,
Alix Darasse,
Le Beau Bug

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × trois =