L’interview de Docile

Docile

On a discuté avec Docile, qui a sorti son premier EP “Indéfinissable” en avril 2021. Entre féminisme, amour et influences musicales variées, on a appris à connaître une artiste prometteuse, qui a de l’avenir sur la scène musicale française !

From Dunkerque to Marseille

1. Peux-tu te présenter ?
Je m’appelle Lucile Dominique, j’ai 24 ans. Mon nom d’artiste c’est Docile et ce projet Docile existe depuis un peu plus d’un an. Sinon je suis dunkerquoise mais j’habite maintenant à Marseille.

2. Ton nom c’est docile, pourquoi ce nom ?
Docile, à la base j’avais souvent ce mot en tête parce que je m’appelle Lucile Dominique donc c’est le début de Dominique et la fin de Lucile.

Après j’ai commencé à avoir de plus en plus d’idées féministes, notamment parce que je suis partie en Inde très jeune et que j’ai pu comprendre très tôt qu’en tant que fille j’avais pas les mêmes droits que mes camarades qui étaient des hommes. C’était très compliqué cette année-là en tant que femme.

Maintenant, je suis à Marseille, qui est une ville très engagée, très féministe. Je me suis dis, mais en fait j’ai ce mot en tête depuis longtemps et justement j’avais envie de faire un contrepied avec. Que les gens se posent la question de savoir est-ce que c’est au premier sens ou au second sens.

Je voulais que ça pose question et c’est pour ça aussi que mon personnage aujourd’hui à l’air très docile, il est très doux, un peu vintage. Mais l’idée c’est justement que ce personnage-là il va évoluer. Le prochain projet, c’est un projet beaucoup plus électronique et un peu plus dark (rires). Donc l’idée de mon projet artistique c’est qu’il retranscrive le parcours d’une femme et ses questionnements. 

3. C’est quand la première fois que t’as su que tu voulais faire de la musique ?
J’ai toujours voulu faire de la musique. Mes parents ne sont pas du tout musiciens. À trois ans, je leur ai demandé pour apprendre la musique et comme à l’école de musique il fallait avoir quatre ans, j’ai attendu quatre ans (rires). Donc depuis mes quatre ans, je veux vivre de ma musique. 

4. Comment tu t’organises pour composer ?
Alors ça dépend. Généralement j’ai une phrase et une mélodie qui reviennent en boucle. J’ai ça dans la tête pendant plusieurs jours, donc je l’enregistre sur mon portable. Ça arrive souvent dans des situations complètement improbables, je suis en soirée et d’un coup je vais aux toilettes pour enregistrer ma petite phrase sur mon dictaphone (rires). Ensuite j’essaye de trouver les accords de cette mélodie et je continue à écrire avec des accords assez simples. Ensuite je finis de composer sur Ableton.

Pour le premier EP, les morceaux ont été arrangés par un arrangeur marseillais. Donc en gros moi je fais un espèce de brouillon du morceau et après l’arrangeur il y ajoute les couleurs, il en fait un projet fini. 

“Tout est source d’inspiration”

5. Où est-ce que tu trouve ton inspiration pour écrire ?
Dans tout je pense, dans des moments de vie, dans des rencontres, dans des sensations. C’est vraiment des sensations, qui peuvent être très cool, pas cool du tout. Dans les livres aussi, dans les moments. Tout est source d’inspiration. 

6. Il y a un an, tu sortais t’imagines même pas, ton premier clip et single. Tu peux nous en parler ? Qu’est-ce qui t’as inspiré pour réaliser ce morceau ?
Déjà au niveau du clip c’était l’idée de présenter pour la première fois mon personnage. Je voulais absolument que ça se passe entre les années 60 et 70. Pour moi les années 60 c’est vraiment la femme qui est à côté de son mari, ménagère, qui ne travaille pas. Et les années 70 c’est la libération, les femmes qui commencent à travailler et la génération hippie.

Donc je voulais un entre-deux entre les années 60 et 70. C’est pour ça qu’au début on voit qu’elle est tout le temps avec une figure masculine et qu’en fait à la fin elle la brise. Ensuite quand elle part, elle s’en va sans son manteau et sans ses lunettes comme si elle arrêtait de se voiler la face et qu’elle enlevait un poids de ses épaules. Donc ça c’était un peu l’histoire du clip pour présenter le personnage.

Après au niveau de la chanson je pense que c’est toutes mes expériences amoureuses, tous les petits moments où j’ai eu des crush, où j’ai senti mon coeur s’emballer et quand je n’arrêtais pas de penser en boucle à une personne. C’est pas inspiré d’un seul homme, c’est un peu inspiré de tous mes petits moments de coeur qui s’emballe. 

“Je suis amoureuse des gens”

7. Justement, tu parles beaucoup d’amour et de relations dans ta musique, est-ce qu’on peut dire que tu es une amoureuse de l’amour ?
Oui, je suis amoureuse de l’amour et je suis amoureuse de la vie. Je trouve que j’ai une chance inouïe d’être ici. Même si il y a pleins de choses à changer, c’est cool de se dire qu’on peut les changer. Donc oui je suis amoureuse des gens, amoureuse de l’amour et amoureuse de la vie. 

8. Le morceau Dunkerque nous parle d’une relation mère-fille, qu’est-ce que ce titre signifie pour toi ?
En fait c’était un peu un hommage que j’avais envie de faire depuis très longtemps parce que c’est une ville que je porte énormément dans mon coeur. J’avais envie de lui rendre hommage comme j’aurais rendu hommage à quelqu’un. J’ai aussi écris un autre texte sur Marseille, et celui-là je le vois vraiment comme mon amoureuse, ma copine, la femme que je trouve incroyable. Je trouvais ça marrant ce lien entre cette nouvelle femme que je découvre et dont je suis fan et ma mère qui elle est là depuis longtemps mais qui finalement a tout autant d’importance.

Dunkerque est une ville qui n’est pas bien vue, il y a beaucoup de clichés et pourtant nous tous dunkerquois on est très fiers de notre ville. Donc c’était aussi un moyen de dire à tout le monde que c’est une putain de ville !

9. Un prochain projet en préparation ?
J’ai déjà quatre titres qui sont écrit mais pas complètement finalisés. C’est un projet beaucoup plus électronique, avec l’utilisation de vocodeurs et de synthétiseurs. J’ai découvert la musique électronique grâce à mon copain. Avant, je n’étais pas du tout là dedans, et ça ne me parlais pas du tout. J’ai vraiment envie de plus me diriger de ce côté là, je commence à avoir des machines et à tester des trucs. 

docile

10. C’est quoi ton feat rêvé ?
C’est impossible cette question (rires) mais, je dirais Jorja Smith pour l’international et ce serait peut-être Enchantée Julia en français. 

11. Tu préfères :
Carnaval de Dunkerque ou Rio ? 
Dunkerque direct !

– Angèle ou Billie Eillish ? 
Billie Eillish. 

– Frite ou pizza ? 
Bonne question (rires), je dirais les frites. 

– Fripes ou Asos ? 
Les fripes largement, je ne fais que les fripes !

12. Une anecdote à nous faire partager ?
Sur le clip de T’imagines même pas, c’était assez drôle parce que le premier assistant, celui qui tenait la caméra, avait le bras cassé et le réalisateur est tombé pendant le tournage et s’est niqué les deux genoux. Donc il boitait, et moi je m’étais coupé le doigt, avec limite un bout de doigt qui était parti donc j’avais un énorme bandage. Du coup on a du faire toutes les scènes pour cacher mon doigt, c’était une galère pas possible (rires). Il y en avait un qui boitait, un qui avait un plâtre, et moi j’avais mon truc. En plus de mon doigt, j’étais tombé en scooter la veille. Donc le bordel total !

Et aussi, la veille on avait toujours pas la statue du clip, qui est quand même le second rôle après moi. Donc voilà c’était un clip qui a été génial à réaliser mais quand même assez stressant parce qu’il nous est arrivé pas mal de galères (rires).

13. Quels sont tes indispensables musicaux ?
Alors ça serait Amy Winehouse, Jorja Smith, Grand Corps Malade et Daft Punk. 

14. Notre magazine s’appelle Le Beau Bug. C’est quoi pour toi un beau bug ?
Je dirais que c’est une situation improbable mais excitante ! 

15. On peut te souhaiter quoi pour la suite ?
Ça serait de pouvoir faire du live, pouvoir enfin jouer ces morceaux sur scène. Et pourquoi pas une soirée à Lille avec Le Beau Bug ! 

Retrouvez Docile sur les internets :

Facebook
Instagram

Tendrement,
Valentine de Cormis,
Le Beau Bug 

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    17 + 19 =