L’Interview de Demuja

Aujourd’hui on interview Demuja, un DJ que nous avons découvert cet été  qui à réussi à rythmer nos soirées autant que nos journées chill sur la plage.

On partage cette belle découverte avec vous aujourd’hui, et on espère que vous l’aimerait autant que nous nous l’avons savouré cet été.  

Salut peux-tu te présenter en quelques mots ?
Vin, Burritos, Dance et Bonne Musique.

Pourquoi Demuja ?
« De Muja » est le premier son house que j’ai écouté (c’était un morceau de Olav Basoki). Et même si je aujourd’hui je fais un style de house bien différent, ça m’a ouvert sur un nouveau monde.

On aimerait savoir quand et comment tu as compris que tu voulais faire de la musique.
J’ai commencé à jouer à la batterie à mes 8 ans, et j’ai commencé le break dance à l’âge de 14ans. Après ça danser sur la musique me suffisait, c’est au bout de quelques temps que j’ai voulait créer des beats afin que tous ces danseurs puissent s’amuser dessus. C’est donc à l’âge de 16 ans que j’ai commencé à créer des sons jazz, house ..

Si tu devais choisir quelques mots pour décrire ta musique lequels choisirais-tu ?
Groove et Soul.

On sait que tu fais beaucoup de Breakdance, qu’est ce qui te plait dans cet art ?
Avec le Bboying et la housedance tu peux être/ te sentir libre ! Tu ne penses plus à tes problèmes pendant que tu danses, tu penses seulement « quel est la prochaine étape ? » ou « comment je pourrais mixer ça avec ça … » c’est comme de la méditation mélanger avec beaucoup de travail  La danse m’aide aussi beaucoup dans ma création de musique – un corps sain dans un esprit sain.

Je voudrais rajouter qu’aujourd’hui je ne pense pas qu’il y est de communauté comme la « communauté des danseurs ». Partout ou je vais, qui que je sois, je sais qu’il y a des gens qui aiment le même art que moi, qui pense pareil que moi et qui se respectent les uns les autres.

Tu penses qu’il y a un reel lien entre la dans et la musique ? Associes-tu les deux lors de tes lives ?
Bien sûr qu’il y a un lien ! Lorsque l’on danse c’est comme si l’on créait des beats. Tu essayes de nouvelles choses, tu bloques, tu sens une réelle connexion avec la musique, des fois il est compliqué d’être tout le temps dans la création mais tu continues à travailler, à t’inspirer de différentes personnes…. Et tu te fais pas mal de potes aussi aha

Gros festival ou petit club ?
Petit Club. L’énergie qui se dégage dans les petits clubs est tellement mieux que dans les coulisses des gros festivals.

Ton meilleur souvenir sur scène ?
Cela va paraitre très cliché mais j’ai adoré tous mes passages sur scène. J’adore découvrir de nouveaux clubs, entendre le système son pour la première fois, kiffer les sons du DJ qui passe avant moi, capter la vibe.

Quels sont tes projets, tes envies ?
J’ai quelques projets qui vont pas tarder à arriver. Je suis vraiment content de réaliser mon premier EP sur vinyl, MUJA002 (il n’y à pas encore de date fixé mais j’espère pouvoir sortir l’ep en début 2017) ! Il y a aussi deux EP à venir que je vais sortir sur deux petits labels que j’aime beaucoup.

Les indispensables à avoir dans son ipod.
Je vais vous donner le morceau que j’écoute actuellement pendant que je répond à vos questions.

Tendrement,
Le Beau Bug

Today we interview DemujaA DJ  we discovered this summer and which gives rhythm to our evenings as much as to our days chill on the beach

We share this beautiful discovery with you today. 

Hi! Can you introduce yourself in some words?
Wine, Burritos, Dancing & Good Music.

Why Demuja?
“De Muja” was the first House-Tune I’ve heard (it was a tune by Olav Basoski). And even I’m doing a different style of House now, it opened a new world to me!

We want to know when and how you start to understand that you want to do music.
I started playing drums at the age of 8, and started break/house-dancing with at the age of 14. After that, „only“ dancing to music wasn’t enough, I wanted to make beats for all those dancers out there. So with the age of 16 I started making beats, from Jazz, Breaks to House.

If you had to choose some words to describe your music, whom you would choose?
raw grooves with soul…

I know that who practise breakdance, what do you like in this shape of art?
At Bboying and Housedance, u can be/feel free! You don’t think about problems while you are dancing, you just think „what could be the next step“ or „how can I mix this with that“.. It’s like meditation with a good workout 🙂 and it also helps a lot for making music – healthy body healthy mind!

And there is no community like the dancing-community around the world. Wherever I go, wherever I am, I know I’ve people who love the same art, who think in a way like I do and who respect each other!

Do you think that there is a link between the music and the dance? Do you associate both during your lives?
Of course there is a link! The way you practise break/house-dance is like making beats. You try something new, you jam, you feel a connection with music, sometimes it’s hard to stay creative but you keep working on it, you get inspired by other people… and you almost got no friends outside the scenes anymore 😀

Big festival or live in a small group?
Small groups. The energy in a club is much better than on big festival-stages…

What is your best memory on stage?
Sounds like a cliché, but I really like the most of my gigs. I really like to come for the first time into a new club, hear the soundsystem for the first time, enjoy the dj playing before me, catch up the vibe…

And now, what’s next?
There are some things coming up in future. I’m really happy to make my first own EP on Vinyl, MUJA002 (no fixed release-date yet, but hopefully at the beginning of 2017)! There will also be 2 EPs on 2 different, smaller, labels, which I really like.

Do you have songs to share with us?
I can send you the song I’m listing while I answer these questions 🙂

Tenderly,
Le Beau Bug

Tendrement,
Alix Darasse,
Le Beau Bug

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 + 5 =