L’interview de Bellaire

Crédits photo : Carrasco

On est retourner papoter avec Bellaire, à l’occasion de la sortie de son nouvel EP : Date At The Disco. On a discuté du parcours qu’il a effectué depuis la dernière interview en 2018 et de l’évolution de sa musique.

Également disponible sur Deezer.

1. Peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaîtraient pas ?
Salut! Je m’appelle Jean, je viens de Lille et je fais de la musique !

2. On t’as déjà interviewé en 2018 et on est ravi de te recevoir une deuxième fois ! En trois ans, tu as fait pas mal de parcours. Tu nous avais confié dans ta dernière interview que tes prochains projets seraient beaucoup plus tournés vers du live, avec plus d’instruments. Alors en effet on retrouve beaucoup d’instruments dans ta musique, est-ce que tu penses avoir réussi à apporter cette diversité que tu souhaitais ?
Oui, le choix d’utiliser beaucoup d’instruments a beaucoup été une obsession pour moi. Dans mon prochain EP, c’est le projet où j’ai le plus utilisé d’instruments et de voix, c’est un vrai plaisir d’avoir des potes musiciens si talentueux et de jamer avec eux. 

2. Tu sors aujourd’hui ton 4ème EP : Date at the disco. D’où vient le nom de ce projet ?
J’avais tout ce concept en tête de “Date At The Disco”. Pour moi, ce projet c’est réunir tout type de morceau que j’ai envie d’entendre dans un club. Il y a de la house, de la disco, même un poil de pop. C’est vraiment le projet qui m’a pris le plus longtemps à composer! 

Crédits photo : Carrasco

3. Est-ce que la fermeture des clubs et l’arrêt des concerts a changé beaucoup de choses pour toi ?
Forcément, le fait de ne plus pouvoir faire son travail est vraiment un sentiment horrible. Mais ça m’a permis aussi d’arrêter de tout le temps tourner et de plus composer, revoir mes amis, ma famille. Ca n’a pas été que négatif pour moi finalement cette période! 

4. Tu nous avait aussi parlé de ton amour pour Lille et la scène lilloise dans la dernière interview, est-ce que tu gardes encore aujourd’hui beaucoup de contact avec cette ville et ses artistes ?
Lille, c’est vraiment ma ville et je m’y sens bien. On est en train de monter des projets avec plusieurs Dj Locaux que j’apprécie particulièrement ! Je vous conseille fortement d’aller voir l’ami Urban Music, meilleur disquaire de la région. Stay tuned ! 

5. En avril, tu as sortit Hot Summer, un titre qui donne vraiment envie d’aller au soleil. Peux-tu nous parler un peu de la réalisation de ce morceau ?
C’est vraiment un son qui me tient à coeur dans cet EP. Je voulais composer un morceau alliant musique brésilienne et musique house ! J’ai donc envoyé la prod à Venessa Jackson, elle a écrit en portuguais ! Tout le process de ce morceau était très cool. Je suis parti d’un sample de voix à la base et Venessa a capté la vibe brésilienne, summer du morceau !

6. Le morceau French Coast, il est inspiré de quoi ?
C’est mon morceau préféré de l’EP ! Il est inspiré de toute la génération house années 2000. Ce mouvement de la french touch qui m’inspire tant chaque jour. D’où le nom “French Coast”, c’est un peu un tribute à ces sonorités french house. 

“Je veux me permettre de proposer des choses toujours différentes”

7. Dans Ride it, on retrouve des influences hip hop, limite R’n’B, tu peux nous parler de ce titre ?
Oui complètement, je ne cache pas que je suis fan de pop et de R’n’B. J’ai voulu mélanger une voix très Pop sur un morceau disco plus classique et ça a donné Ride It.

8. Je trouve que le morceau le plus disco de l’EP c’est le dernier, Suzie. Est-ce que t’es d’accord ?
Je pense que c’est le morceau le plus abouti de l’EP, notamment grâce au taff qu’a fait Blowsom sur la prod avec moi. Je voulais avoir Emma Hoet et Blowsom sur ce titre parce que c’est des amis proches, on était en résidence d’artistes et on a foncé sur l’occasion. 

9. T’as un gros public en Angleterre, comment tu expliquerais ça ?
Je pense que c’est surtout qu’en Angleterre ils sont les plus gros consommateurs de house en Europe. Que ce soit en terme de musique et d’infrastructures, c’est là-bas que ça se passe pour la House. Donc forcément ça m’a amené à faire le tour de l’Angleterre plusieurs fois et j’adore ce pays, ces gens, cette culture ! 

10. Est-ce que tu dirais que ta musique à changée depuis la dernière fois qu’on a discuté ?
Oui c’est certain ! Je pense découvrir chaque jour encore des nouvelles choses qui m’intéressent. Je ne suis pas bloqué dans un style, je veux me permettre de proposer des choses toujours différentes aux gens. 

11. Un prochain projet en préparation ?
Une superbe live session arrive bientôt !

12. Tu préfères

– Jazz ou disco ?
La disco.

– Saxo ou piano ?
Le piano.

– Le live ou le studio ?
Le studio

13. Il y a quoi dans ta playlist du moment ?
Principalement de la disco et notamment cette pépite :


14. Notre magazine s’appelle Le Beau Bug. Tu nous as déjà donné une réponse il y a trois ans, mais aujourd’hui c’est quoi pour toi un Beau Bug ?
Un beau bug internet !

15. On peut te souhaiter quoi pour la suite ?
Continuer à kiffer !

Retrouvez Bellaire sur les internets :

Facebook
Instagram

Tendrement,
Valentine de Cormis, 
Le Beau Bug 

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    9 + neuf =