L’interview d’ANGL

Il en faut parfois peu pour être extrêmement intrigué par un groupe. Mélodies faussement répétitives et pourtant remplies de subtilités, voix angélique emprunte de mélancolie… si l’on ajoute à ceci que l’on ne connaît pratiquement rien du groupe que nous sommes en train d’écouter, nous avons là une belle recette pour rendre accro un public ! Afin d’en savoir plus sur qui se cache derrière le duo ANGL, et afin d’en savoir plus sur ce qui a permis la création de leur premier album Les Jours d’Orage, nous leur avons posé quelques questions.

1. Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Alex + Palo : On est un duo garçon fille, avec des influences respectives très diverses, ce qui nous permet de créer une musique faite de contrastes. On fait du synth pop, électro un peu fantasque. On veut faire de la musique de films dont on ne sait pas s’ils se terminent bien ou mal.

2. ANGL, ça se prononce “angle” (à l’anglaise) ou “angel” ? Pourquoi ce pseudonyme ?
Alex : « angle » à la française (haha, beaucoup de gens posent cette question, seuls les salons de coiffure ont le droit de jouer de cette manière avec les mots).
Palo : Puisque nous formons un duo, nous voulions faire apparaître cette notion de dualité dans le nom du groupe, il faut 2 droites pour faire un angle, deux segments qui se touchent, qui se rejoignent pour former, créer quelque chose.

3. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre formation ? Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Palo : On s’est rencontrés grâce à la musique il y a 7 ans. On a joué ensemble pour la sortie d’album de Doorsfall, l’ancien groupe d’Alex. On s’est perdus de vue, puis retrouvés il y a 4 ans, récemment on a eu plus de choses à se dire, et à partager. Faire de la musique et mélanger nos influences nous a paru intéressant. Puis on a voulu aller plus loin et porter ce projet sur scène.

Votre premier album s’appelle Les Jours d’Orage. C’est un nom évocateur, presque ambivalent. “Jours” est un mot qui connote des émotions positives, tandis qu’Orage, lui, fait plutôt référence à des émotions négatives, voire anxiogènes.
4. Qu’est-ce qui a motivé le choix de ce titre ?
P+A : Effectivement on peut y voir un oxymore, c’est ce que raconte l’album qui noie les histoires sombres, graves, avec d’autres plus lumineuses, parlant d’ivresse et d’amour.

5. Ce sont ces mêmes motivations qui ont permis l’écriture du morceau éponyme, Les Jours d’Orage ?
Palo : En réalité nous avions envie de transmettre une idée de calme avant la tempête. Quelque chose de sournois qui arrive quand on l’attend le moins. Parfois dans l’amour, ça arrive.

“Turn on the radio, and listen to the blues
F****d up and getting stone, we’re never gonna lose”

Un des titres les plus marquants de cet album, pour moi, c’est Bleu. Non seulement la performance vocale est impressionnante, mais le thème qui est travaillé est assez mystérieux…
6. Pouvez-vous nous en dire plus sur l’histoire qui se cache derrière son titre, dans un premier temps ?
Alex : j’avait baptisé ce morceau au moment de sa composition, bleu c’est la couleur que ça m’a évoqué à cet instant. Bleu, c’est la couleur la plus triste.

7. Qu’en est-il de l’histoire qui se cache derrière ces paroles ?
Palo : c’est une chanson qui parle d’un moment prévisible, où l’on sait que tout va basculer, où l’on profite d’un dernier instant des choses simples avant de s’engouffrer. Là, la métaphore c’est une femme qui se sait condamnée et qui, dans un ultime élan de vie, décide de se démonter la tête, de commettre ses derniers excès en espérant pouvoir, égoïstement emporter son amour avec elle.

On poursuit avec le titre Rainy Day. C’est un titre qui surprend car il crée une sorte de rupture avec les titres que l’on a entendu juste avant. Et bien qu’il soit chanté de manière nonchalante et presque joyeuse, on perçoit tout de même une sorte de mélancolie dans les paroles.
8. La joie est-elle un moyen d’exprimer les histoires tristes plus facilement ?
Palo : C’est tout à fait ça. C’est notre morceau le plus contrasté. C’est une histoire douloureuse qui implique le viol. Le fait de la raconter avec une musique plutôt « gaie », avec des accords majeurs assez classiques ça doit être une façon de « sublimer » inconsciemment. Pour pouvoir s’accepter d’aborder le sujet de façon plus frontale.

Vous évoquez beaucoup de sujets, d’objets qui ont un rapport avec l’eau : dans Bleu, vous emmenez une personne en particulier “en croisière”, vous parlez d’orage, de pluie, un de vos titres s’appelle The Bay
9. Qu’évoque pour vous cet univers, ce champ lexical ?
Palo + Alex :
– ça évoque d’une part le lâcher prise, du fait de ne rien contrôler, d’être en proie à une force naturelle démesurée, et de se laisser flotter, porter par le courant.
– L’eau a une dimension universelle, elle est en nous, elle est en tout, elle est omniprésente dans notre composition la plus intime (cellulaire), et à échelle macroscopique, elle constitue les océans.

“Surtout ne te retourne pas
Les terrains semblent glissants
Reste dans tes conforts
Solitaire tu vas t’casser les dents”

Un autre morceau a particulièrement retenu mon attention, c’est le morceau L’Arrache Coeur. Si la mélodie nous emmène d’un extrême à un autre, du grave à l’aigu, le chant, lui, au contraire, est volontairement “monotone”, bien qu’il s’adresse à quelqu’un sous forme de conseil, en quelque sorte.
10. Pourquoi ce choix ?
Palo + Alex : la voix est effectivement monotone car l’histoire est racontée du point de vue d’une personne qui ne prend pas de risques,  qui vit cette monotonie affective, qui ne vit pas réellement l’amour jusqu’au jour où elle n’a plus le choix car ça lui tombe dessus, comme un gros orage. La musique, qui elle est plus variée pourrait illustrer ce changement, les montagnes russes du cœur envahi.

11. Comment se passe la tournée de promotion, jusqu’ici ? Avez-vous eu l’occasion de discuter avec votre public ?
A+P : La tournée promo se passe super bien, on a la chance de jouer dans des super lieux parfois avec des artistes talentueux avec qui on échange beaucoup. L’album est bien accueilli dans les salles où nous avons joué, les personnes qui nous découvrent nous encouragent, ça nous touche. Berlin avait un public dingue ! On a tellement hâte d’y retourner !

12. Êtes-vous plutôt…
– Barbara ou France Gall ?
Barbara !
– Pop ou variété française ?
Pop !
– Chaud ou froid ?
Caliente !
– Anglais ou français ?
Français

13. Une anecdote à nous faire partager ?
Alex : j’ai plus de compliments sur mes cheveux que Paloma. Le secret c’est de ne pas s’en occuper.

14. Notre magazine s’appelle Le Beau Bug. Qu’est-ce qu’un beau bug, pour vous ?
A+P : Sur scène un bug d’Ableton Live sur l’ordi résolu en moins d’une minute !

15. Enfin, quels sont les indispensables à avoir dans sa bibliothèque musicale ?
Beatles – Sgt Pepper / Radiohead – In Rainbows / Bibio – A Mineral Love / Of Montreal – Satanic Panic in the Attic / Daft Punk – Random Access Memories / Chopin nocturnes par Daniel Baremboim / Julie London – Around Midnight / The Brian Jonestown Massacre

 

Retrouvez ANGL sur les internets :
Youtube
Soundcloud

Tendrement,
Cloé Gruhier,
Le Beau Bug.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq + huit =