L’interview d’ADNA

Adna (crédit : Marcus Nyberg)

On vous a récemment parlé d’une artiste du label Despotz Records, Adna, qui nous a envoûté avec son troisième album Closure, sorti le 17 mars dernier. On a voulu en savoir plus sur cet opus mélodieusement émouvant et en apprendre davantage sur cette artiste qui sort doucement de l’ombre.

1. Peux-tu te présenter en quelques mots ?
J’ai 23 ans et j’adore par-dessus tout faire de la musique.

Entre 2014 et 2015 tu as sorti 2 albums, Night et Run, Lucifer.
Tu étais de retour le 17 mars 2017 avec un nouvel album, Closure, dans lequel on a pu découvrir des morceaux plus profonds et personnels.
2. Que s’est-il passé pendant ces deux années ?
J’ai déménagé à Berlin début 2014 et j’ai passé 2 ans à produire ma première musique, faire des concerts et surtout découvrir cette nouvelle vie dans cette nouvelle ville. Mais à travers Run, Lucifer j’ai l’impression d’avoir eu un contrôle sur la réalité qui m’a laissée dans une sorte de lutte personnelle et pour y faire face, j’ai commencé à l’exprimer en écrivant des chansons. Et l’été dernier quand j’ai écrit la chanson Closure, je me suis dite “ça y est”. J’ai ressenti du soulagement, un aboutissement.

A l’écoute de Closure, les morceaux défilent et leur douceur nous emmène dans ton univers. Un nouvel univers où l’on te redécouvre à travers une atmosphère plus sombre.
3. Quel message, quel sentiment veux-tu faire passer à travers ton dernier opus ?
J’ai voulu communiquer l’importance d’être humble et d’avoir de l’empathie envers les choses qui nous effraient, surtout quand il s’agit d’une obscurité intérieure. L’importance de connaître et d’embrasser ces émotions afin de pouvoir se donner aux autres.

Tu as bien enchainé les productions : 4 albums, 1 EP, un second de remix, une cover de Ry X, Berlin. Rien ne t’arrête et pourtant, ton dernier album se nomme Closure.
4. Est-ce le signe d’une fin ? Sous ce nom ou un autre, as-tu quelques projets pour les années à venir ?
C’est au moins la fin d’une ère. Mais je suis impatiente de me concentrer sur les tournées et de continuer de faire de la musique.

5. Pour toi quelles sont les meilleures conditions pour écouter ton album ?
J’ai écrit la plupart de mes paroles pendant mes voyages, donc je pense que les voyages se prêteraient bien à l’écoute de mon album.

Overthinking, le second morceau de l’album, nous a fait penser à The XX, un groupe que l’on adore.
6. Cette comparaison te plait-elle ? Que peux-tu nous dire sur ce morceau ?
Je suis une grande fan de The XX, j’ai adoré leur premier album, je suis très flattée.
La situation des réfugiés dans le monde a été l’inspiration derrière cette chanson, non pas que ce soit quelque chose sur lequel j’aimerais m’inspirer, mais étant bosnienne, il est très triste de constater que ces choses se poursuivent. Je voulais simplement exprimer cela.

7. Comment décrirais-tu ta musique ? Ton style ? tes inspirations ?
Pop mélancolique et sombre peut-être, mais avec un peu de lumière. Je suis très inspirée par les gens, ce que nous disons et nous sentons. Et le calme et le sens de la liberté que la nature nous apporte.

8. Plutôt :

Birdy ou Cat Power ?
Cat Power

Piano ou Guitare ?
Guitare

Hier ou demain ?
Demain

Berlin ou Stockholm ?
Berlin

9. Notre magazine s’appelle Le Beau bug, qu’est-ce qu’un « beau bug » pour toi ?
Mon esprit m’amène à l’évidence – le beau à la recherche des bugs – alors je dirais que les fourmis sont très sous-estimées. Si vous regardez de plus près, elles sont très belles et quand j’étais enfant, je me sentais très mal pour toutes les fourmis que nous tuons tous les jours, uniquement en marchant.

10. En tant que magazine français, on se demandait si la France t’attirait ? et si oui, pour quelles raisons ?
Je ne suis jamais allée en France, mais mon frère adore ce pays, pour aucune raison particulière, et il parle très bien la langue donc je l’adore aussi parce que je sais que c’est un lieu spécial pour lui.

11. Pour toi, quels sont les indispensables à toujours avoir dans son iPod ?
Beach House – Take Care
M. Ward – Poison Cup
Bon Iver – 8 (circle)
Tom Rosenthal – Fine One Day
Damien Jurado – Working Titles
The Tallest Man on Earth – Like The Wheel
Daughter – Landfill

1. Can you introduce yourself in a few words?
I’m 23 years old and I just really enjoy making music.

Between 2014 and 2015 you produced two albums, Night and Run, Lucifer.
You came back on the 17th of March in 2017 with your new album, Closure in which we could have discovered deeper and personal songs.
2. What happened during these two years?
I moved to Berlin in early 2014 and I’ve had two years of releasing my first music, playing shows and just discovering my new context in the new city. But through the Run, Lucifer release, I guess I got a reality check that left me in some kind of personal struggle, and to cope with it I started documenting it through songs. And last summer, when I wrote the song Closure, I just felt like that was it. I felt relief and a closure.

Listening to Closure, The softness of your songs bring us in your universe.
A new universe that we discover through this darker atmosphere.
3. What message, feeling would you want us to understand through this last opus?
The importance in being humble and showing empathy towards the things that scares you, especially when it comes to inner darkness. The importance in knowing and embracing those emotions in order to be able to give of yourself to others.

You well linked your productions: 3 albums, 1 EP, a second EP with remixes only, a cover from Ry X, Berlin. Nothing can stop you but however, your last album is named Closure.
4. Does it mean an end? If not, have you got some projects for years to come?
It’s an end of an era, at least, but I’m very much looking forward to now focus on touring and then continue on making music.

5. For you, what are the best conditions to listen to your album?
I write most of the lyrics while traveling and staring out through windows, so I’m thinking maybe traveling goes well with listening to the music.

Overthinking, the album’s second song, make us think about The XX, a band we love.
6. Does this similitude please you? Can you tell us more about this song?
I’m a fan of The XX, loving their first record, so that’s a beautiful thing to hear.
The refugee situation in the world was the inspiration behind the song, not that it’s something I’d like to be inspired by, but with the background I have as Bosnian it’s very sad to see these things continue on to happen. So I just wanted to express that.

7. How could you describe your music? Your style? Your inspirations?
Melancholic and dark pop maybe, but with some light. I’m very inspired by people, things we say and feel. And the calmness and sense of freedom that nature brings.

8. Rather:

Birdy or Cat Power?
Cat Power

Piano or Guitar?
Guitar

Yesterday or Tomorrow?
Tomorrow

Berlin or Stockholm?
Berlin

9. Our magazine is called “The Beautiful Bug”, what is a “beautiful bug” for you?

My mind leads me to the obvious – beautiful looking bugs – so then I’d say that ants are very underrated. If you look closely they are really beautiful and as a kid, I used to feel very bad for all the ants we kill every day only by walking.

10. As a French magazine, we asked ourselves if France attracts you and if yes, why?

I’ve actually never been to France, but my brother loves the country, for no specific reason really, and he speaks the language very well so I love it too just because I know it’s a very special place for him.

11. For you, what are the essential songs to always have in your iPod?
Beach House – Take Care
M. Ward – Poison Cup
Bon Iver – 8 (circle)
Tom Rosenthal – Fine One Day
Damien Jurado – Working Titles
The Tallest Man on Earth – Like The Wheel
Daughter – Landfill

Retrouvez Adna sur les internets :
Facebook
Soundcloud

Twitter
Instagram
Website

Tendrement,
Louise Dornier
Le Beau Bug

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 − 13 =