L’impératrice – Tako Tsubo

Crédits photo : Théo Gosselin

Depuis ses début en 2012, L’impératrice nous fait vibrer sur des rythmes jazz, funk, disco, pop et classiques : un pêle-mêle de styles musicaux avec lequel ils reviennent aujourd’hui pour leur nouvel album Tako Tsubo. Le nom de ce nouveau projet trouve ses racines dans la langue japonaise et signifie littéralement « piège à poulpe ». C’est en réalité un syndrome qui affecte le coeur à la suite d’un stress émotionnel, positif ou négatif. 

Également disponible sur Deezer.

Les codes, on s’en fout

Le premier morceau de l’album, Anomalie bleue nous parle justement d’un Tako Tsubo, un coup de foudre, une explosion d’émotions. Qualifié également d’anomalie, cet amour est raconté poétiquement par la chanteuse du groupe, Flore, et sa douce voix. 

A la suite de cet envoûtant premier titre, on retrouve le morceau Fou, une ode à la vie, un appel à se libérer et à vivre à 100 à l’heure en brisant les codes. Accompagné de son fantastique clip aux couleurs vives qui nous emmène dans un concours de beauté aux airs glauques et au ton décalé. Réalisé par Edie Blanchard, ce clip illustre les propos du morceau en détruisant les codes habituels et les normes de beauté. 

C’est joli quand c’est flou

Les six membres du groupe nous ont concocté treize titres qui s’inscrivent toujours dans un style cosmic pop avec une volonté de faire groover son public. Dans la même logique que celle des titres mentionnés ci-dessus, la suite de l’album questionne des réalités et pousse à la réflexion quant à la complexité de la société et de ses travers. Réalisé en partie pendant le confinement, le séduisant Submarine par exemple nous parle de solitude, et interroge l’utilisation des réseaux sociaux. 

Crédits photo : Théo Gosselin

Tako Tsubo nous propose de s’immerger dans son univers léger et dansant tout en révélant une certaine intimité. Ses paroles profondes et justes exprimées à la cadence d’une ambiance disco et pop nous saisit et nous fait pénétrer dans une réalité colorée et pourtant un peu triste à la fois. 

Retrouvez L’Impératrice sur les internets :

Instagram
Facebook
Twitter

Tendrement,
Valentine de Cormis,
Le Beau Bug.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    trois × trois =