Les soundsuits de Nick Cave

Bienvenue dans le monde de Nick Cave. Un artiste fabuleux, une vie romanesque, une création hors du commun.

Il est difficile de trouver les mots pour décrire son oeuvre. Quand on lui demande comment lui vient l’inspiration il répond que “c’est une sorte de feeling, avec un son, un rythme basé sur un motif, un ordre et une construction”. Une sensation qui se matérialise au fur et à mesure que le projet se concrétise. Nick Cave est un noir américain natif du Missouri. En 1992, il est extrêmement choqué par une attaque raciste infligée publiquement à Rodney King. Trois mois plus tard, il est encore traumatisé par la violence de l’événement et entreprend une promenade. C’est à cet instant qu’il a une révélation. Il essaie d’imaginer l’effet que cela fait de se faire jeter par terre et ramasse une brindille. Il y ajoute une autre puis une autre jusqu’à imaginer un corps entièrement recouvert par celles-ci. Lorsqu’il découvre le bruit que l’habit produit, il est séduit. C’est le son d’une révolte, le langage du corps par l’apparat. Son costume, le “soundsuit” était créé. Depuis, il en a imaginé quelques 500 variantes et est devenu une figure incontournable de l’art contemporain.

L’apparence est au centre de ses recherches. il explique vouloir dépayser le spectateur, créer des figures qu’on ne peut ranger dans aucune catégorie. Elles sont très colorées ou pas du tout, androgynes, effrayantes mais aussi amusantes. Elles n’ont pas de race, pas de sexe, ni de classe sociale. Le spectateur se concentre ainsi uniquement sur l’objet en lui même et n’émet aucun jugement. Il exorcise toutes connotations afin d’atteindre la simple contemplation.

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

soundsuits2

“Je pensais vraiment nous faire revenir à cet état de rêve” explique-t-il. Cet état épuré de toutes prises extérieures. une sensation de transe éveillée qu’il incorpore à ses spectacles et dont il puise les influences dans la danse tribale. En Afrique d’abord, mais aussi dans les rites aztèques, aborigènes, les anciennes traditions cubaines, haïtiennes, le vaudou et le chamanisme. Ces cultures qui utilisent la danse et le chant pour communiquer avec le divin.

Nick Cave vient d’une famille nombreuse qui avait peu de moyens. il a commencé par explorer la voix du stylisme puis de la danse. Il explique avoir “trouvé son équilibre et travailler aujourd’hui à ce qu’il laissera derrière lui”. Ses oeuvres ont été présentées à l’international en shows ou en expositions. Il est également directeur de la section mode de la School of art Institute de Chicago et ne cesse de faire avancer ses projets.

Afficher l'image d'origine

Nick Cave pose avec ses “soundsuits”, crédit photo Trevis Magee

Dans quelques semaines il présentera de nouvelles créatures au MASS MOca de Massachusetts. L’engagement, la beauté et la poésie seront encore de mise. “C’est à propos de cet état d’illumination, de vivre avec un sentiment d’incertitude de la façon la plus magnifique qui soit” dit-il…

Tendrement,
Clémentine Picoulet,
Le Beau Bug

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    un × 3 =