Le Loup de Wall Street de Martin Scorsese

Pour bien commencer l’année 2014, la Calle Ciné vous parle du meilleur film en salles en ce moment ! Martin Scorsese, au sommet de son art, nous embarque cette fois ci avec son Loup de Wall Street dans un thriller financier dopé à l’argent, à la drogue et au sexe et signe une mise en scène aussi délirante que la vie du héros.

Synopsis: C’est l’histoire de Jordan Belfort, courtier en Bourse à New York à la fin des années 80. Du rêve américain à l’avidité sans scrupules du monde des affaires, il va passer des portefeuilles d’actions modestes et de la droiture morale aux spectaculaires introductions en Bourse et à une vie de corruption et d’excès. En tant que fondateur de la firme de courtage Stratton Oakmont, son incroyable succès et sa fortune colossale alors qu’il avait à peine plus de vingt ans ont valu à Belfort le surnom de « Loup de Wall Street ».

le-loup-de-wall-street-featurettes-et-une-victime-de-belford-attaque-le-film-une

 

 

Le Loup de Wall Street est une adaptation du roman de Jordan Belfort reprenant ses aventures lorsqu’il était trader. Martin Scorsese rejoint illico Léo DiCaprio, une fois les droits d’adaptation obtenu au détriment de Brad Pitt. Nos 2 génies s’entourent de Terence Winter scénariste des Soprano. Bon choix car grâce à lui, le film entre dans l’histoire du cinema en utilisant le plus de fois le mot “FUCK”. Scorsese revient avec sa narration virtuose, ample et limpide qu’il utilisait déja dans Casino et Les Affranchis, pour nous parler du monde de Wall Street. Démesure totale des traders, des excès et de l’absurde, pour ce jeune Jordan et sa meute de loups qui se laissent aller à toutes les tentations possibles. L’argent, les femmes, la corruption, le pouvoir et surtout la drogue. La finance n’a jamais été aussi excitante. Léo est Jordan Belfort, un trader déjanté et accro aux drogues. Léo se lâche totalement, Léo est sans limite, Léo donne, Léo regale, Léo exulte. Waouh quelle préstation ! L’argent lui va si bien, après Django et Gatsby, DiCaprio incarne encore un millionnaire pour la 3eme fois en 2013.

Wolfie! Wolfie! Wolfie!

On note aussi que c’est la 5ème collaboration de Marty avec son nouvel acteur vedette, après Gangs of New York, Aviator, Les Infiltrés et Shutter Island. A 39 ans, la super star d’Hollywood vient de mériter son second Golden Globe du meilleur acteur. Mais il attend toujours un petit Oscar! Va le chercher Léo!!! Jonah Hill, nouvelle coqueluche du cinéma comique américain, grand ami de Judd Apatow (le Mr Comedy US) et toute sa bande. Il continue de plus en plus son ascension hollywoodien en jouant dans des grosses productions tout en gardant son côté comique et déjanté qui le caractérise. Il incarne Donnie Azoff, le meilleur pote de défonce de Jordan Belfort et le vice president de Stratton.

loup-wall-street-mcconaughey-cinemur

Et sa meute…

Après Django d’un autre enfant du cinéma, Q.T. Jonah Hill et Léonardo DiCaprio rejouent une seconde fois ensemble en 2013. Jonah Hill & Léo DiCaprio, le duo DeNiro & Joe Pesci en plus fun? Attention les yeux pour le rôle féminin majeur du film… Ohlalalala Margot Robbie, Naomi “The Dutchesse”. Le pantin ultra sexy de Marty pour séduir, charmer, envouter, ensorceler Jordan Belfort et tous les spectateurs. Remercions la directrice de casting pour nous avoir degoté cette parfaite inconnue du grand public.
Côté cocorico; Jean Dujardin, notre petit français va devoir s’habituer aux petits rôles stéréotypés de Francais, ou de banquier Suisse comme ici, si il continue à jouer à Hollywood. The American Dream Jean ! Même s’il n’a qu’un petit rôle, Matthew McConaughey, Mark Hanna dans le film, nous offre une super petite envolée rythmique cocanïné, et totalement improvisé. Bravo Matt, tu nous prouves une fois de plus ton talent en 2013 après Killer Joe, Mud & Dallas Buyers Club (Golden Globe du meilleur acteur dramatique).

On est fasciné par ces humains aux comportement d’aliénés névropathes qui pianotent sur leurs ordinateurs, lancent des chiffres, téléphonent, vendent, achètent, revendent. Ils jouent avec l’argent, trichent, édifient des fortunes, se démènent et se grisent de coke et de putes. Cette saga du fric est contée dans sa démesure et son absurdité pour notre plus grand plaisir. En définitive, une histoire folle, une mise en scène totalement libre et déjantée porté par le plus grand acteur du moment, accompagné d’un casting grandiose. Scorsese se laisse aller dans cette comédie financière, un nouveau style pour lui. 3h très rythmées et jouissives, pour un spectacle prenant et délirant.

Et la bonne nouvelle dans tout ça, c’est que le parrain Scorsese pense refaire un nouveau film de mafia bientôt, et avec un niveau pareil… See you soon Marty.

Tendrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq + 6 =