Lapsley – Long Way Home

Låpsley avait fait une entrée remarquée sur la planète musique avec son premier EP Monday en 2014, et a affirmé sa place avec Understudy en 2015. Quelques mois plus tard, le 4 mars 2016, la jeune chanteuse sort son premier album Long Way Home, sur le label londonien XL Recordings. Elle surprend de nouveau en osant audacieusement mélanger joie et mélancolie, beat électronique et piano. Cerise sur le gâteau : sa voix est tantôt grave, tantôt aigüe, et elle superpose parfois les deux pour sublimer parfaitement chacun des titres. Son premier album place la barre très haut !

Long Way Home commence avec Heartless, doux mélange de piano et de beat électronique, surplombés par une voix qui joue habilement dans l’aigu comme dans le grave. Hurt Me préserve l’ambiance définie par le premier morceau et ses spécificités en évoluant plus sur des sons électro. On retrouve plus tard sur l’album ces superpositions de voix mélancoliques, notamment sur les titres Falling Short (entendu sur son EP Understudy), sur la jolie berceuse soul Painter, ou encore sur Station, titre dans lequel les voix (qui ne se croisent jamais) donnent l’impression qu’un double monologue est en train d’être joué.

Quelques titres viennent cependant casser cette mélancolie, ligne directrice de l’album : on ne saurait dire si les paroles de Cliff sont plus parlées ou plus chantées, et le piano, quasi absent, laisse place à un rythme lent au son caverneux. Operator quant à lui surprend en donnant envie de danser sur un air faussement disco, et Tell Me The Truth nous envoie dans une autre dimension de l’univers de Låpsley : c’est une voix quasi robotique qui prend le dessus ! Les ambiances sonores changent légèrement sur les derniers morceaux : Love Is Blind se rapproche du gospel, tandis que Leap nous donne l’impression d’être dans un rêve tant la voix de la chanteuse semble lointaine. Silverlake nous plonge au beau milieu de couches sonores qui s’additionnent tout au long du morceau, et Seven Months, dernier titre, est une véritable synthèse de tout ce qui a pu être entendu auparavant, alliant même un rythme légèrement dansant avec mélancolie.

Pour la petite histoire, Falling Short avait d’ores et déjà été entendue sur la série à suspense britannique The Five, réalisée par l’auteur à succès Harlan Coben et diffusée en 2016 sur les ondes de la chaîne Sky1 en Angleterre, ainsi que sur Canal + en France.

Låpsley, de son vrai nom Holly Lapsley Fletcher, est née le 7 août 1996 à York, en Angleterre. Cette jeune chanteuse d’à peine 20 ans, a souvent été comparée pour son grain de voix à Adele. Elle a été repérée grâce à SoundCloud, réseau qu’elle utilisait pour poster ses titres qu’elle compose seule dans sa chambre, munie d’un piano, d’un micro et d’un ordinateur. Aujourd’hui ses morceaux ont su séduire le monde de la musique : elle a (on l’espère !) une belle carrière devant elle !

Vous pouvez la retrouver sur :

Son site internet

Facebook

Twitter

Instagram

Tendrement,
Cloé Gruhier,
Le Beau Bug.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

six − cinq =