La Chica – Oasis

En route pour un voyage en terres hispaniques avec le premier EP de La Chica, dénommé Oasis, sorti le 27 janvier dernier. La chanteuse nous embarque dans un monde où les ballades sont pop et trip-hop, où le rythme des pas a des sonorités électro, et où les monologues intérieurs ressemblent à des conversations ayant l’accent espagnol.

L’EP de cinq titres commence avec les sublimes notes de piano d’Oasis, avant de faire place à la voix chaude de La Chica. Un rythme synthétique s’installe doucement, s’effaçant parfois au début du morceau dans les couplets pour laisser de nouveau place au piano qui, par la suite, ne vient plus que ponctuer la mélodie. Oasis est un titre magistralement construit ! Le suivant, El Rezo, possède un instrumental tout aussi construit, mais très différent d’Oasis. Bien que ce morceau laisse toujours autant de place à la belle et douce voix de la chanteuse, il est presque chanté comme une complainte. Be Able est le seul titre en anglais dans l’EP, et son rythme, délicieusement lent, résonne dans nos oreilles. Ce rythme contraste avec le chant, orageux sans être colérique. Et si tout le morceau est en anglais, seules les deux dernières phrases scandées de manière répétitive ne le sont pas. Le morceau se termine sur l’une d’entre elles, court hymne à la confiance en soi et à sa propre prise en main.

“Uno puede empezar a ser uno cuando se levanta a ser”

On poursuit notre séjour hispanique avec la merveilleuse ballade suivante, El Ángel. La voix, modifiée à la manière des titres de Portishead dans leur mythique album Gummy, redevient claire dans le refrain, ajoutant un brin de mélancolie à ce morceau contemplatif. L’EP se termine sur Vale La Pena, titre dans lequel une question est prononcée de manière régulière comme quelqu’un qui parlerait en se perdant dans ses souvenirs, rythmant le chant de La Chica.

“Que piensas, una eternidad juntos vale la pena ?”

Notre voyage ne s’arrête pourtant pas là : si le clip d’Oasis avait déjà été un succès et une prouesse graphique, La Chica est revenue hier avec le magnifique clip de Be Able, clip à nouveau réalisé par Temple Caché, studio français reconnu dans le milieu de la vidéo. Elle a d’ailleurs récemment dit lors d’une interview pour définir son clip qu’il “amuse autant qu’il met mal à l’aise, et nous donne ainsi matière à réfléchir sur notre humanité”. Tout est dit.

La Chica, dont le pseudonyme entier est La Chica Belleville, c’est le projet musical de Sophie Fustec, auteure-compositrice-interprète et musicienne franco-vénézuélienne. Lorsqu’on lui demande pourquoi La Chica Belleville, elle répond que La Chica c’est un pseudonyme très connoté “Amérique latine”, et qui pourtant veut aussi dire “une fille parmi tant d’autres”. Belleville, c’est un hommage au quartier où elle a grandi, quartier multiculturel et artiste. Voilà comme elle se qualifie au travers de ce projet !

Vous pouvez la retrouver sur les internets :
Site
Facebook

Instagram

Tendrement,
Cloé Gruhier,
Le Beau Bug.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

douze − trois =