L’interview MissNoa

Le Beau Bug a interviewé pour vous, La Dj dynamique et influente de la scène Lilloise MissNoa. C’est avec grand plaisir que nous avons rencontré cette femme investit dans un milieu ‘masculin’, qui a bercé notre enfance. Pour entretenir notre amour de la House elle nous offre Le Beau mix #04, un Beau Bug à consommer sans modération.

Pourquoi Miss Noa ?
Un pur hasard. Je cherchais un nom qui me plaisait, j’ai donc opté pour Noa. Et puis lors d’une soirée, le graphiste a rajouté Miss devant Noa. Je suis donc devenue Miss Noa.D’ailleurs je pourrai peut être l’enlever aujourd’hui le « miss » maintenant que j’y pense. Je vais y réfléchir!

As tu une formation musicale ?
J’ai fait 5 ans de piano, mais c’est loin !
J’ai pu acquérir les bases de solfège qui me sont utiles dans le mix et la production. Je commence tranquillement à utiliser des logiciels de prod ça m’amuse beaucoup:)

Que penses-tu de la scène Electronique Française ?
Je trouve que l’on a une belle scène, il y a vraiment beaucoup de talents et de beaux endroits. Nos voisins belges, allemands ou anglais ont peut être un peu d’avance mais on a quand même de quoi passer de beaux moments.

Comment as tu découvert la musique ?/Peux tu nous parler de tes débuts en tant que Dj ?
Tout à débuté du côté de Reims, chez un de mes amis. Il avait deux lecteurs CD et une table de mixage. On s’amusait des heures à « mixer » avec les deux lecteurs, pas de pitch on comptait les temps pour te dire..
Le matos n’existait que très peu, et était surtout très coûteux. Donc on se débrouillait un peu comme on pouvait.
Pareil pour la musique on avait pas beaucoup de repères à cette époque, on faisait avec ce qu’on entendait autour de nous. C’était l’époque des free party, de la Hard Tech donc ça tournait autour de 135bpm… quand j’y repense !
À Reims il y avait un magasin de Vinyl, on y passait pas mal de temps. C’est là que j’ai trouvé mes premiers DJ Sneak et toutes les sorties « French touch » de cette période qui m’ont définitivement orientées vers la House.
Après 3 ou 4 ans dans cette ville où j’ai pu jouer dans les principaux endroits ouverts à ce style de musique j’ai eu envie de changer d’air.

Alors, pourquoi as tu choisis la ville de Lille ?
Par la ville de Lille, je voyais l’opportunité de changer de scène, mais aussi d’arriver dans une ville jeune et dynamique.
Et puis l’idée de la proximité avec le clubbing Belge a pesé dans la balance.
Lille m’a permis de faire de belles rencontres et de pouvoir mixer au fil des années dans de nouveaux lieux réputés comme l’H20 club, l’Escape, le Zoo, le Supermarket mais aussi et surtout le Kiosk, ou j’ai toujours eu beaucoup de plaisir à jouer.
Le boss, Fabrice, m’a rapidement fait confiance et avec David (Devty) on a fait les soirées « One More Lucky Night »pendant quelques années là bas dans le cadre de l’asso Lucky You que l’on avait créé à deux.
Le Kiosk était LA boîte underground de Lille, les gens venaient pour l’endroit atypique et pour la sélection musicale toujours très pointue. On a reçu des guests aujourd’hui très reconnus.
Voilà ça fait près de 15 ans que la musique électronique fait intégralement partie de ma vie. Je n’ai jamais voulu en faire un métier. C’est une passion, un hobby qui me prends le plus clair de mon temps libre. J’aimerai toujours écouter et découvrir des sons, voir les lives et les sets de mes djs favoris..

Que peux tu nous dire sur tes actualités ?
Depuis la rentrée 2013 je me produis tout les jeudis au Moog, un super bar avec une équipe au top qui me donne l’opportunité de m’exprimer librement derrière les platines dans le cadre des AfterWorks. J’y joue souvent en B2B avec des amis Dj de la région.
Je fais aussi partie de la Team « No Clab » avec mes amis Carim et Luke. Entre le Decadance, le Café d’Anvers et d’autres lieux à venir on a la chance de participer à de beaux évènements avec cette équipe !

Comment tu prépares tes sélections pour jouer chaque semaine car il faut se renouveler j’imagine ?
Je passe beaucoup de temps sur beatport à trouver le plus de nouveautés possible et toutes les semaines je réécoute les gigas de sons numériques que j’accumule depuis 6 ans, ça donne quelques surprises des fois, entre les tracks oubliés ou ceux que je ne connais même pas en voilà 5 parmis les “retrouvailles” de ce mois ci :

Agaric – Who made up the rules
Tini – Shmooh’s raisin theory – Re Up remix
Dead Seal – Goldemine
Pezzner – Other Love
Guillaume & the Coutu Dumont – Walking the pattern

Huitre ou escargot ?
L
es deux

Footing ou After ?
Ni l’un ni l’autre

Patrick Bruel qui fait de la techno ou Quand il pète il trou son slip remixé par Richie Hawtin ?
Je comprendrai ni l’un ni l’autre:)

Pour terminer en beauté cette agréable rencontre, pourrais tu nous dire, comment définirais tu un beau bug ?
Un beau bug c’est le son complètement dingue qu’on entend à 2:07 dans le titre You Close My Eyes de Dj Tennis.

missNoa on line

Tumblr MissNoa

Soundcloud Miss Noa

 

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    dix-sept − 1 =