Khruangbin – The Univers Smiles Upon You

Retour sur un album passé difficilement égalé : The Universe Smiles Upon You, sorti en novembre 2015 chez Late Night Tales.

L’auteur ? Khruangbin, formé de Laura Lee à la basse, Mark Speer à la guitare et Donald Johnson à la batterie. Ces trois texans sont empreints de funk Thaï des années 60′ sur la vague du psychédélique. La rencontre de leurs âmes et instruments créait de la magie lorsque vous les entendez jouer. L’instru étant le squelette de leur musique, la basse et la batterie se calent pour donner plus de liberté à la guitare sans oublier leurs voix vaporeuses qui font apparition sur ce dernier album.

Seulement à trois sur scène, ils en font une force qui dégage quelque-chose de pure et brute à la fois. On se retrouve spectateur de cette connexion créé entre les artistes. La musique passe du crescendo au decrescendo comme si de rien n’était. C’est beau. Petit retour sur cette pépite que vous regretterez ne pas avoir découvert plus tôt.

The Universe Smiles Upon You traduit littéralement par L’univers sourit sur vous assemble 11 titres pour une durée d’une heure et dix-neuf minutes de délice.

L’album a été enregistré dans une grange au fin fond de la campagne texane, leur maison spirituelle disent-ils, mélangé à l’exotisme du groupe, il n’en est que plus personnel. Les notes se suivent de manière naturelle, rien n’est forcé dans leurs compositions. De nature instrumentale, ils ont cette fois ajouté une nouvelle dimension avec la présence de leurs voix en chœurs sur Balls and Pins, People Everywhere (Still Alive) et White Gloves, elles apportent un nouveau fil conducteur.
L’influence de la funk Thaï se ressent sur les accords de guitare dans Dern Kala et The Man Who Took My Sunglasses. Il y a quelque chose dans l’atmosphère, des bandes sons de Tarantino et du surf rock cool.
Zoom sur trois titres qui nous ont inspiré.

1) Zionsville :

Parfait le dimanche soir après un week-end bien mouvementé. Le maître mot de ce titre est “sérénité”. Rythmé par les doux battements de la batterie, la guitare chatouille ses cordes aiguës pour faire décoller tout ça avec le synthé, comme dans un rêve.

2) Mr White :

Titre qui lance l’album avec 13 premières secondes de blanc, le temps nécessaire pour plonger dans l’ambiance, se préparer à l’atmosphère bien feutrée. La basse lourde s’équilibre avec les voix fines et aiguës. La batterie donne un tempo plus rapide qui te donne l’impression de vivre sur la bande originale d’un film, planant.

3) August Twelve :

Tout commence avec un jeu de cordes en glissando, ce dialogue entre les notes, suivi d’un jeu de résonance et d’une montée en puissance du son pour un retour au rock des années 70′. August Twleve est joué parfaitement, on passe d’une émotion à une autre sans même s’en rendre compte.

Khruangbin fait référence à un avion, il symbolise le lien de tous ces pays qui façonnent leur musique. Le groupe est donc composé de Laura Lee, Mark Speer et Donald Johnson, tous originaires de Houston dans le Texas. Leur musique est influencée par le rock et la funk thaïlandaise des années 60′ et 70′. En 2014 sort A Calf Born In Winter suivi de l’EP The Infamous Bill. Un an plus tard ils publient le single White Gloves. La même année (2015) marque la  sortie de leur premier album The Universe Smiles Upon You. Leur dernier projet en date est le clip de A Calf Born In Winter qu’on retrouve d’ailleurs dans la sélection du Late Night Tales de Bonobo

Découvert avec la vidéo d’un live organisé par Sofar Sound, ce fut un coup de foudre musical.

Khruangbin sur les internets :
Leur Site
Leur Deezer
Leur Facebook

Tendrement,
Laurène,
Le Beau Bug.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × un =