James Blake – Assume Form

Après deux ans d’attente, James Blake faisait son retour le 18 janvier 2019 avec un quatrième album intitulé Assume Form. Le jeune anglais ne déroge pas à ses sonorités et nous ouvre son coeur. Qui plus est, pour ce nouvel album, il nous propose pas un, mais 4 morceaux en featuring avec cinq collaborateurs, André 3000, le chanteur des Outkast, Travis Scott, Moses Summey, et la chanteuse barcelonaise Rosalia, rien que ça.

12 morceaux pour 48 minutes dans un océan de douceur.

Tout commence avec quelques notes de piano avant d’être envoûté par sa voix et de nous attraper dans sa bulle. Assume Form, le premier morceau nous rassure, James Blake est bel et bien de retour. On enchaîne avec Mile High et Tell Them, où l’on découvre respectivement Travis Scott et Moses Sumney, tout deux accompagnés de Metro Boomin pour une session trip-hop à la sauce James Blake.

I’ll already be there
I’ll already be there to meet her

On ne parlera pas de coups de cœur en particulier, car tout l’album en est un, de par l’amour que le chanteur essaye, réussis à nous transmettre. À la fois déchiré, dans Can’t Believe The Way We Flow et Are You In Love? mais aussi empli d’amour dans Into The Red, I’ll Come To ou encore Don’t Miss It, on découvre un nouveau James Blake, plus sûr de lui, loin de la fragilité de ses débuts.

I’m gonna say what I need
If it’s the last thing I do

Where’s The Catch ? avec le leader d’Outkast, André 3000, vient donner du rythme, nous reste dans la tête, et s’écoute en boucle. Barefoot In The Park ajoute une touche ‘d’exotisme’ avec la chanteuse barcelonaise Rosalia ; deux morceaux qui sortent du lot malgré que le lot soit de qualité.

The world has shut me out
If I give everything I’ll lose everything
Everything is about me

On finit avec Lullaby For My Insomnia. Titre d’une simplicité déconcertante pour une sublime production, voilà comment on pourrait décrire ce morceau, cet artiste.

Né en 1989 dans une banlieue de Londres, James Blake, mélomane, cultive sa sensibilité musicale et s’adonne au piano. Il va ensuite se concentrer sérieusement sur les enregistrements de démos, assez pour se faire remarquer par le très célèbre Gilles Peterson, DJ de BBC Radio 1. Il fait alors éclore son premier opus James Blake en 2011, suivit de Overgrown en 2013, The Colour In Anything en 2016 et marque sa signature dans l’univers de l’electro en la réinventant.

Retrouvez James Blake sur les internets :
Site internet
Facebook
Instagram

Tendrement,
Le Beau Bug

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    quatorze + 6 =