L’Interview de Beatrouble.

En attendant l’été, aujourd’hui Le Beau Bug interview Beatrouble.
Dynamique et passionante sa musique jongle des styles passant de la house à la disco-house. Je me vois déjà au bord de la piscine avec son Ep “Let It Go” dans les oreilles ou en bord de mer à l’heure fatidique de l’apéritif au rythme de “Bright Kick”, un album dansant et envoutant.

Peux tu te présenter en quelques mots ?

Bon ça fait un peu bateau mais je m’appelle Jean-Baptiste, je suis un étudiant de 25 ans originaire de Bordeaux et je vie actuellement à Paris. Je mixe depuis maintenant 10 ans environ et je produis depuis moins de 5 ans.

Pourquoi Beatrouble ?

Je cherchais un nom « à l’anglaise » qui sonnait bien alors j’ai cherché un peu avec des mots en rapport à la musique. « Beat » étant le battement de la musique et « trouble » quelque chose qui dérange, ce blaze fait en quelque sorte référence à une musique différente, qui interpelle.

Tu as commencé en mixant, qu’est ce que t’a attiré vers la création ?

J’imagine que c’est un le parcours classique d’un DJ , tu passes le son des autres en te disant « et pourquoi pas moi ?! »
Non, je pense que c’est mon coté un peu geek qui m’a poussé à me mettre sur des logiciels de composition. J’adore trouver des synthés fat et m’amuser pendant des heures avec sans forcément construire un morceaux.

Quelle sensation aimerais tu que l’on ressente lorsqu’on écoute un de tes sons ?

Ca dépend des sons … Mais par exemple sur mon dernier EP Let it go, je m’imagine au bord d’une piscine à chiller au calme quand je l’écoute. Après chacun à sa propre interprétation d’un son, tout ce qui compte c’est que les gens passent un bon moment en m’écoutant.

Qu’est ce qui t’as attiré vers le monde de la musique ?

C’est un peu venu progressivement en fait. Ca a commencé quand j’était tout petit, j’ai fait 5 ans de synthé, ensuite j’ai commencé à mixer tranquillement dans ma chambre avec ce que j’avais sous la main c’est a dire pas grand chose. Avec l’âge j’ai pu me payer un peu de matos petit à petit et me voilà lancé.

Que penses-tu de la scène française d’aujourd’hui ?

Je trouve qu’il y a un vrai engouement pour la musique électronique en France. Il n’y a qu’à voir tous les festochs qu’il y a … Apres il y a à mon gout certains DJ qui se produisent et font des sets limite. Avec le bouton magique « SYNC » de plus en plus de personnes se mettent au DJing. C’est très bien, ça créé une certaine dynamique et pousse les DJ à être vraiment innovant dans leur set pour se démarquer. Mais en revanche quand j’entend certain mix parfois c’est pas la folie … moi aussi j’ai un ipod avec une bonne playlist
Globalement il y a plein de nouvelles choses à découvrir et pleins de DJ/producteurs très très intéressants, je pense ici à Disclosure qui est pour moi un vrai duo de qualité. Des sonorités nouvelles avec une super maitrise du son. Leurs live sont vraiment bien travaillés et ça fait du bien à entendre !

Qu’est ce qu’est pour toi un Beau Bug ?

C’est quand en pleine production t’as un synthé ou un sample qui déconne et que tu trouve LE son haha. Malheureusement ça n’arrive pas souvent.

Des projets, des envies ?

Des projets oui, je compte vraiment me remettre à faire des dates. Je n’ai pour le moment pas eu le temps de me mettre dessus a cause de mon boulot mais je compte bien en faire ma priorité et de profité d’être à Paris pour jouer un peu partout. A terme j’aimerai vraiment renforcer mon set up et arriver à faire plus du live avec des percus et synthés.
Niveau prod, je suis un peu en stand by en ce moment, je n’aime pas ce que je sors, j’ai plein d’idées à la fois et je pars dans tous les sens. Je m’oriente vers des sons plus clubs et house. J’ai envie de changer un peu des sons disco et chill out que j’ai sortie dernièrement pour pouvoir un peu allumer en club 😉

Quelques indispensables a avoir dans notre ipod ?

Le son vital pour moi c’est Daft Punk – Too Long
Sinon mes sons du moment :
Daniel Leseman – keep on moving
SE62 – True force
Sinead Harnett – Got Me (MK Swallow Dub)

Tendrement,
Alix Darasse,
Le Beau Bug

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × deux =