Imitation Game de Morten Tyldum

Bien avant que Steve Jobs et Bill Gates aient changé le monde de l’informatique, Alan Turing a conçu une machine à casser le code Enigma de l’Allemagne nazi pendant la Seconde Guerre mondiale et est devenu un pionnier de l’informatique. C’est un Biopic que vous propose le Calle Ciné cette semaine avec Imitation Game réalisé par Morten Tyldum et qui raconte l’histoire immanquable de Turing interprété par l’immense Benedict Cumberbatch avec aussi Keira Knightley, Matthew Goode et Mark Strong.

Le pitch : 1940 : Alan Turing, mathématicien, cryptologue, est chargé par le gouvernement Britannique de percer le secret de la célèbre machine de cryptage allemande Enigma, réputée inviolable.

Imitation Game s’appuie sur la biographie de Alan Turing, écrite par Andrew Hodges, pour raconter le rôle important qu’a joué le mathématicien durant la Seconde Guerre mondiale. Ses recherches sur la cryptographie ont permis de déchiffrer plusieurs messages ennemis ce qui, selon plusieurs historiens, aurait accéléré la chute du nazisme. Le film s’attache aussi aux persécutions qu’il a endurées pour son homosexualité, dans la période d’après-guerre.

Il faut tout d’abord saluer l’interprétation magistrale de Benedict Cumberbatch en scientifique pragmatique, misanthrope et fragile. Son jeu fait par moment comme un électrochoc tant son personnage l’habite totalement. Le reste du casting, très britannique, prouve l’infini talent de ses interprètes, avec un encore trop discret Matthew Goode qu’on avait eu le plaisir de découvrir dans le brûlant Stoker de Park Chan-Wook ou encore un certain Charles Dance plus connu sous le nom de Tywin Lannister

Le fait d’être transposé tour à tour dans des périodes de la vie d’Alan Turing met sensiblement son oeuvre colossale au second plan pour mieux apprécier les sentiments d’un homme hors-norme. Tout s’enchaîne ainsi lorsqu’il s’agit de faire avancer le récit par un système de flashback/frontback vraiment bien pensé . On y voit de la tristesse, de l’amour, de l’amertume, de l’incompréhension, et heureusement, un humour anglais délicieux.

L’approche est efficace, trop sans doute. Incontestablement, la réalisation est parfaitement orchestrée : une photographie soignée, une réelle habilité dans les choix de découpages et dans le montage des scènes afin de tenir le spectateur en haleine, un dosage subtile et intelligent de la musique d’Alexandre Desplat et surtout une sublime direction d’acteur.

Porté par des acteurs impeccables, Imitation Game est sans conteste un des grands films de 2015. En révélant les multiples ambiguïtés d’un prodige des mathématiques, Morten Tyldum sort du film de guerre traditionnel et met en lumière les prouesses de travailleurs de l’ombre. Il offre également son plus beau rôle à Benedict Cumberbatch, désormais bien placé dans la course aux Oscars. Mais il réhabilite avant tout la figure d’Alan Turing, génie tragique de la Seconde Guerre mondiale, sacrifié injustement par la nation qu’il défendait.

C’est pourquoi, de cette histoire vraie, peu connue, le réalisateur norvégien Morten Tyldum tire un film passionnant, aussi fort que bouleversant recommandé par le Calle Ciné et en lice pour sept statuettes.. Canon!!!

Bande annonce

Vost


Tendrement,