Hugo LX – Akegata

Après plusieurs morceaux et EP signés sur différents labels, le producteur français Hugo LX marquait son retour le 3 février avec un premier album intitulé Akegata (le levé du jour en japonais), signé sur le prestigieux label Nowadays Records, également siège des morceaux de Fakear. Si on avait pu être habitués avec Hugo LX à des sons très club, sur cet album long de 13 titres plutôt courts, il nous invite à se poser et à réfléchir. On se laisse ainsi doucement bercer par des sonorités downtempo et ambient, voire par ce que certains pourraient qualifier d’ « abstract hip-hop ».

L’album nous prépare en douceur à figer le cours du temps durant une petite demi-heure. Il commence par une introduction aux accents ambient de 45 secondes mystérieusement intitulée LX289, permettant ensuite d’entrer dans le vif du sujet avec Hikari, déjà entendue sur le troisième volume des compilations Nowadays Records. Bien que le rythme d’Hikari soit marqué et teinté d’influences hip-hop, les sons sont minimalistes et relèvent plus de l’ambient que de la house. Le morceau suivant, Doma, joue avec les mêmes codes en intégrant les vocalises de la douce voix de Nia Andrews, avant d’enchaîner avec Dream & Realities, plus dansant, plus jazz, au tempo soutenu par rares vocals. On sort ensuite de cette ambiance pour revenir à des tonalités faisant écho aux premiers titres avec Intensity, morceau le plus long de l’album. Le titre qui suit, reprise presque house de Hikari, vient opérer une rupture à cet instant d’introspection.

La suite de l’album évolue dans le même univers avec le morceau progressif November, puis avec le très différent Dawn, au rythme quasi-imperceptible, envoûtant l’auditeur grâce à sa mélodie construite essentiellement à partir des vocalises d’Isabel Sörling, chanteuse de jazz suédoise. Little Castle / Drips, Flowers of Life et 20120422, sont trois tires tout aussi calmes bien que 20210422 semble être fait de sons plus organiques, et Ascent II fait penser en son début aux sonorités de la dernière sortie de Fakear, Végétal, en version plus minimaliste. 20120422 (Afterthoughts) vient clore l’album, bel épilogue d’une durée de moins d’une minute.

Bien qu’aucun clip n’ait été réalisé pour un des titres de l’album actuellement, Hugo LX a réalisé il y a maintenant six mois un DJ set enregistré pour le magazine Mixmag, uploadé sur Youtube. Ne vous attendez pas cependant à des morceaux aussi calmes que dans cet album !

Hugo LX est un producteur français partageant sa vie sur deux continents, entre Paris et Tokyo. Avant de se lancer sur ce projet, il a débuté ses travaux en solo sous le pseudonyme Jackson J, jouant aux côtés de DJ Suspect du projet The Funk League il y a quelques années de cela.

Vous pouvez le retrouver sur les internets :
Facebook
Soundcloud

Tendrement,
Cloé Gruhier,
Le Beau Bug.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × 4 =