HONNE – NO SONG WITHOUT YOU

Si tout nous pousse à croire que le romantisme d’antan est mort, il semble qu’il nous reste bien quelque chose. Et HONNE a tâché de nous en faire nous rendre compte. L’album no song without you est la plus belle lettre d’amour que personne n’ait jamais pu écrire. Pour une seule raison : «  il n’y aurait pas de chansons sans toi ». C’est l’aveu de l’abandon. 

Évidemment, depuis toujours, les chansons, les films, les livres, tout ce qui existe comme ce qui n’existe pas, parle d’amour. C’est un terrain inépuisable. Nous continuerons de mourir de chagrin ou de lancer des promesses que nous ne pourrons sans doute jamais tenir. Savoir que l’on ne s’appartient plus vraiment mais avoir toute l’énergie nécessaire pour monter dans le premier train et foncer à vive allure vers la rencontre de notre amour.

Alors que nous nous résignons à une vie pas trop cheesy, HONNE transforme les « je t’aime » envoyés en deux clics et ose écrire des chansons d’amour, pour notre plus grand bien.

dear P introduit l’album avec sincérité : murmures et ébauches des morceaux qui suivent. On sait qu’on y trouvera la brutalité de l’acoustique et la légèreté de l’électro-soul.

Tout l’album laisse deviner une chose : qu’est-ce que serait la musique sans amour ? Si des gens n’étaient pas à nos côtés, si nous ne nous abandonnions pas à certains bras et que nous sachions toujours exprimer ce que nous ressentions ?

Si l’on a parfois l’impression d’aimer plus que nous pouvons le dire, qu’il n’y a aucun mot assez fort, on sait qu’il reste toujours des chansons à faire écouter, et que même si ce n’est pas suffisant, ça fera l’affaire. Surtout si c’est le nouvel album de HONNE.

De la naissance à la cristallisation, de la beauté aux regards pudiques, de l’intimité aux remèdes, l’album no song without you convoque tous les recoins de l’amour. C’est l’unicité de la passion et le commun des maux. Qu’il soit heureux ou moins que ça, l’amour risque d’être éprouvant, et même si loving you is so easy, on y laisse beaucoup de nous-mêmes.

Peut-être qu’un jour il sera gone gone gone, mais il y aura toujours quelqu’un ou quelque chose pour nous rappeler la mélodie : la la la that’s how it goes. Par delà les mots, s’il n’y a no song without you, il n’y en aurait pas non plus sans eux.

Alors remercions les de tomber amoureux et de savoir le reconnaître. À nous de nous obstiner car nous avons encore beaucoup de choses à apprendre…

Retrouvez HONNE sur les internets :
Youtube
Instagram
Facebook

Tendrement,
Louise Lecluse
Le Beau Bug

Tags

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    19 − 3 =