hier soir – hier soir

Cela va sans dire, la pop électronique française et francophone vit un grand renouveau depuis quelques années. Parmi les noms que l’on connaît aujourd’hui, qu’ils soient Vianney, Eddy de Pretto, Grand Blanc, Paradis ou encore Angèle, cette scène musicale laisse encore largement la place aux nouveaux entrants. Et justement, parmi cette masse de jeunes artistes en vogue, un nouveau duo tente de s’y frayer une place. Dénommé hier soir, il surprend depuis la sortie de son premier titre, intitulé Laisse-Moi, et affirme son identité sur son premier EP éponyme, sorti vendredi dernier. Suave, langoureuse et pourtant brute, leur musique appose des émotions fortes sur des mélodies taillées dans la dentelle.

Laisse-moi, laisse-moi m’en aller
Laisse-moi, laisse-moi m’envoler

L’EP, cela va sans dire, place l’amour et toutes ses contradictions sur un piédestal. Il démarre sur des notes teintées de reproches et de supplications ; les paroles de Laisse-moi, soutenues par une production électronique puissante et langoureuse rappellent aussi bien les travaux de Grand Blanc comme ceux de Two Feet. Complainte lente, le leitmotiv de cette chanson vous hantera des heures durant.

All I need is to breathe in the sea
All I need is you to be with me

On poursuit avec l’évocateur Chanson d’Amour, dont les paroles se font tantôt métaphoriques tantôt explicites, tantôt françaises tantôt anglaises, avant de passer au premier inédit de cet EP, Le futur est d’or et je vois des millions de visages. Changement de sonorités quasi complet dans ce dernier : si jusque là les titres étaient relativement contemplatifs, ce dernier a sa place sur le dance floor. Largement inspiré de la vibe eighties et disco en ce qui concerne la mélodie, l’histoire que ce titre raconte semble largement inspirée d’un rêve plutôt fou.

On poursuit ensuite sur Matières Artificielles, titre qui a été, au moment de la sortie de l’EP, illustré sous forme de clip. Tourné à Angers, ce titre que le groupe qualifie lui-même de “méga pop” dévoile sans chichi aucun les réminiscences d’une soirée passée dans une ambiance délicieusement colorée.

Et cela va sans dire, plus l’on plonge dans l’écoute de l’EP, plus les frontières se brouillent entre rêve et réalité. La voix, autrefois prédominante, se fond dans la musique, et les instrumentales se complexifient grandement à mesure que le temps passe, à la manière de la pensée humaine, finalement. C’est vague porte magnifiquement bien son nom, tout comme Drôle d’oiseau, titre sur lequel on vous conseille de passer du temps, quitte à le réécouter pour en apprécier toutes ses dimensions !

hier soir, c’est le fruit de la collaboration de deux personnes issues de projets musicaux à l’origine bien différents. Clément travaille notamment avec des projets comme La Fine Equipe ou encore Holy Oysters, tandis qu’Alix a fait ses armes au sein du projet Melody Says. La fusion de ces deux énergies diablement complémentaires donne un résultat détonnant, sincère, basé sur la nature brute des sentiments et de leurs effets sur les comportements humains.

Retrouvez hier soir sur les internets :
Facebook
Instagram
Soundcloud
Youtube

Tendrement,
Cloé Gruhier,
Le Beau Bug.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × 3 =