Get On Up de Tate Taylor

Cette semaine le Calle Ciné vous présente le biopic sur la vie de James Brown de Tate Taylor avec Chadwick Boseman: Get On Up. On connait tous les chansons éternelles de James Brown, mais connait-on bien sa vie? D’éventuelles lacunes comblées par ce biopic plutôt classique, mais il faut le reconnaitre, assez épatant, produit par Mick Jagger en personne.

Le pitch: Vous le connaissez sous de nombreux pseudonymes: «Monsieur dynamite», «Le parrain de la soul», «Le travailleur le plus acharné du show business». Préparez-vous à découvrir l’homme derrière la légende. Né dans une grande pauvreté en Caroline du Sud, au beau milieu de la grande dépression, en 1933, James Brown a survécu à une jeunesse émaillée d’abandon, d’abus sexuel, d’écoles de redressement et de prison. Personne ne lui a jamais appris les règles du jeu. Il était destiné à les briser. De son expérience de boxeur amateur ou de chanteur de rue, il a su canaliser chaque coup dur en un rythme qui se fit l’écho de sa rage de vivre. Il est devenu un des interprètes les plus influents qui marquèrent la scène soul ou funk, et l’artiste le plus samplé de l’histoire continue d’inspirer la plupart des artistes reconnus aujourd’hui.

Epatant parce qu’au delà de l’enivrante sucess story, le film met parfaitement en scène les blessures d’enfance et la part d’ombre de Mister Dynamite. Parce que Chadwick Boseman livre une performance sans faille dans le rôle principal. Et parce que le génie de James Brown transparait dans chacun des tubes entonnés et des pas de danse exécutés.

La bande son présente tout au long des 2h18 du film décoiffe, et on tape régulièrement du pied quand Brown entonne ses célèbres “Get Up (I feel like being a) sex machine”, “It’s too funky in here”, etc.

Son sens du spectacle, son énergie animale, sa voix, son look, son exubérance et ses rythmes musicaux en ont fait une star et une bête de scène. Mais l’homme lui était un personnage complexe, à l’égo surdimensionné, mégalo, parano, le plus souvent détestable. Des traits que Taylor se plait à surexploiter, insistant de manière trop appuyée sur ses côtés les plus sombres, avec l’aval de la famille de Brown et de ses proches.

Le point négatif c’est qu’il est difficile dans ces conditions pour le public de ressentir un minimum d’empathie et de s’attacher au personnage central. Mais l’émotion et les quelques pointes d’humour bien senties sont là pour redresser la barre.

Vous l’aurez compris, la grande force de ce film est un Chadwick Boseman bluffant, dans son look, son attitude, ses poses, sans tomber dans l’imitation, et surtout par ses prestations sur scène. Mentions également au maquillage et à la coiffure. Get On Up reste donc un film plaisant, entraînant, qui ravira les fans de Brown et les autres.

Biopic parfaitement calibré pour rendre hommage au Parrain de la Soul, Get On Up va vous donner une envie soudaine de réécouter la discographie de James Brown.

Bande annonce

Vost

Tendrement,