Fink – Fink’s Sunday Night Blues Club, Vol.1

Le musicien Fink a encore frappé fort. On se souvient tous de sa voix grave, mélodieuse, reconnaissable entre mille et toujours accompagnée d’une guitare. Si la plupart de ses productions se sont avérées jusque là être très folk et indie, il revient le 10 mars 2017 avec un album rendant hommage au blues. On vous l’assure d’emblée, Fink’s Sunday Night Blues Club restera longtemps dans votre bibliothèque musicale.

Fink revient donc avec un album en huit titres : les huit futures pièces maîtresses blues de votre mois d’avril. Si sa voix évoluait habituellement dans les graves comme dans les aigus, cette fois elle se fait essentiellement grave, caverneuse, résonnant de concert avec la guitare et la basse et jouant habilement avec les silences. Et ce, pendant plus de quarante minutes.

L’album est introduit par Cold Feet, morceau dont la ligne de basse restera longtemps dans votre tête. La mélodie, minimaliste et répétitive, est envoûtante : son intensité varie passant du pincement de guitare presque imperceptible à une note de basse marquée et franche, faisant de l’auditeur un pantin dont l’artiste est le maître. Il en va de même avec le chant, qui varie de la même manière que la mélodie, le tout pour un résultat détonnant qui n’est que l’entrée en matière de cet album ! Le titre suivant, She Was Right, est un titre majestueux chanté presque entièrement a capella (le chant n’est soutenu que par des cordes frottées très lentement), dans lequel les silences ont autant de force que la musique elle-même ! Plus loin, Boneyard redessine l’espace : la voix de Fink, chaude, est proche de nous, tandis que les instruments se font entendre en arrière-plan, tantôt distincts comme cette guitare au son country, tantôt murmurés comme la basse. Et si l’album se veut langoureux, acoustique et (presque?) live, un morceau se détache du lot. Hard To See You Happy nous transporte par sa longue introduction, et par la suite par la voix de Fink, comme passée au travers d’un haut parleur, donnant une dimension perdue entre la revendication et la sensualité au morceau.

Deux morceaux ont eu droit à leur représentation vidéo, qui sont des lives filmés depuis deux endroits différents. Nous partageons Hour Golden avec vous : le chanteur, transporté, nous fait vivre les mêmes émotions décrites plus tôt, sauf que cette fois nous les partageons avec lui.

Fink, de son vrai nom Fin Greenall, est un chanteur et musicien de folk et de blues originaire de Cornouailles, en Angleterre. Sa carrière a commencé tôt, en 2001, et son succès est dû notamment à un morceau : Looking Too Closely. Sa carrière ne s’arrête pas là : Fink est un compositeur de renom, puisqu’il a récemment collaboré avec plusieurs artistes, dont Amy Winehouse sur l’écriture du titre Half Time, sorti sur l’album posthume Lioness : Hidden Treasures.

Vous pouvez le retrouver sur les internets :
Facebook
Twitter
Instagram

Tendrement,
Cloé Gruhier,
Le Beau Bug.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × un =