Douglas Pisterman dévoile Neighbours EP

Membre de Cabuco, Douglas Pisterman a aussi accompagné en concert Burning Peacocks et Flo Morrissey. Décidé à créer sa propre musique, il compose Neighbours, un premier EP de pop expérimentale qui mixe les styles avec brio. 

Masterisé par Mandy Parnell, notamment reconnu pour son travail avec Björk et Animal Collective, ce premier EP s’inscrit dans la mouvance pop/électro de groupes comme Metronomy ou Moodoïd. Le jeune artiste français, expatrié à Londres, s’inspire d’Arthur Verocai ou Connan Mockasin pour construire trois titres enivrants, à la croisée de la synthpop, de la house et de la funk.

Maquillage introduit à  l’univers de Pisterman via d’élégantes ritournelles pop, traversées par sa langue française pleine de soleil et de souvenirs caniculaires. Le clavier apporte une touche délicatement rétro à la guitare acoustique légère et rayonnante, soutenue par le rythme exotique de la batterie. Il reprend le chemin de la langue anglaise dans le suite de Neighbours EP. Le morceau éponyme propose une petite mélodie dream-pop à la fois cotonneuse et dynamique, où les ruissellements électroniques de ses claviers s’entrecroisent avec une anatomie rythmique chirurgicale. La pop de Douglas Pisterman devient expérimentale et dansante. Unbroken ajoute une touche de mélancolie. Le titre démarre sur quelques notes de harpes avant que des claviers sensuels n’irriguent la mélodie. L’ensemble se termine sur une envolée au sax légèrement rétro.

Neighbours EP semble être taillé pour les débuts de soirées. On débute sous le soleil avant de s’envoler avec quelques déferlantes pop, pour enfin redescendre sur le dancefloor, en compagnie du remix house de Maquillage signé Ghost Culture.

Cette relecture sombre révèle toute la science du britannique en matière d’arrangements. En plus d’un kick puissant, les divers effets comme la réverb ajoutent un côté psychédélique à la mélodie. Des beats métronomiques pulsent violemment à travers une série de synthés acides. La voix de Pisterman devient un écho lointain, entonnant ses paroles fantomatiques avec languissement. Enjoliver par les machines de Ghost Culture, Maquillage se transforme en voyage futuriste à la fois sensuel et hypnotisant.

La musique de Douglas Pisterman est un enchevêtrement de genres s’avérant pointilleux et fédérateur. Un joli travail d’équilibriste pour cet orfèvre de l’électro-pop française, qui habille avec élégance la vie nocturne comme diurne. Neighbours EP laisse présager d’un avenir prometteur pour Pisterman. On attends déjà avec impatience ses nouveau projets !

Tendrement, Le Beau Bug.